icon recherche
Détente

Cuire un rôti, c’est rendre sa maison plus polluée que Paris

La qualité de l'air intérieur est fortement dégradée lors de la cuisson d'un rôti par exemple, ont démontré des chercheurs américains. A tel point que le niveau de pollution est supérieur à celui de certaines villes les plus polluées au monde. 

Publié par Romain S. le 27/02/2019 | 1.620 vues

Il est conseillé d'aérer sa maison ou encore de cuisiner à l'électrique pour éviter des concentrations de particules trop élevées chez soi.

Réunir la famille pour un gros gueuleton cuisiné par la maîtresse de maison : alléchant sur le papier et pour les papilles, moins pour les poumons.

Non pas parce que le vieil oncle fume un vieux cigare à l’intérieur, mais bien parce que la cuisson des aliments fait grimper significativement le taux de particules néfastes à la santé dans l’habitation.

Lire : Plus il y a d’araignées chez vous, plus c’est propre

Des chercheurs du Colorado viennent en effet de démontrer que la qualité de l’air intérieur était fortement dégradée dès lors que les pièces ne sont pas aérées pendant la confection du repas.

Cuisiner à l’électrique

Pour en arriver à ces conclusions, les scientifiques ont ainsi mené leur enquête en positionnant des capteurs de particules dans une maison d’Austin au Texas, pendant la préparation d’un repas de Thanksgiving : à savoir donc une dinde et des légumes rôtis, des patates etc.

Et les taux constatés faisaient de la maison un endroit plus pollué que les métropoles les plus affectées de la planète comme New Delhi en Inde. Le niveau de pollution a même dépassé pendant huit heures les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le niveau est fixé à 10 microgrammes par mètre cube de particules fines.

Lors de l’expérience à Austin, 200 microgrammes ont été relevés soit un taux cinq fois supérieur à la moyenne enregistrée dans le centre de Paris.

Lire : Haro sur les huiles essentielles

La gazinière, les grillades, les huiles de cuisson, la crasse du four… Ce sont tous ces facteurs réunis qui favorisent la profusion de PM 2.5, des particules assez petites pour affecter directement les poumons.

En somme, il est conseillé de bien ouvrir ses fenêtre, de se servir d’une hotte et même de cuisiner à l’électricité.

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Commentaires Réagir à cet article

Ailleurs sur le web