Mon compte

La Grande Région vue d’en bas

Et si vous vous plongiez sous terre le temps d’une virée rafraichissante pour (re)découvrir le patrimoine historique et culturel de la Grande Région? Ou bien pour déguster un bon verre de crémant ou de jus de raisin ?

Ce mois d’août s’annonce automnal certes. Ce qui n’empêche pas une petite virée sous terre, histoire de vous rafraîchir les idées et la mémoire sur ces hauts-lieux souterrains qui font la richesse de la Grande Région. Après avoir pris de l’altitude la semaine passée

Prévoyez toutefois des vêtements chauds et des imperméables, des bottes ou des chaussures de marche, ainsi qu’une lampe de poche.
 

Voyages au cœur de l’époque antique et médiévale

Thermes du marché au bétail, à Trèves (Allemagne)

Erigé en 80 après J.C. par les Romains, le bain thermal a été découvert dans les années 1990 lors de travaux de construction d’un parking souterrain. Les ruines, et celles d’un monastère capucin, sont aujourd’hui protégées par un bâtiment de l'architecte Oswald Mathias Ungers.

Situées sous la grande place de l’ancien marché au bétail, elles peuvent être visitées. Des expositions y sont également organisées.

Une fois revenus en surface, vous pourrez ensuite vous asseoir au soleil, à l’une des terrasses des cafés, avant de vous promener ou de faire du shopping dans la plus ancienne ville d’Allemagne.

Crypte de la cathédrale de Metz (France)

Quatre salles voûtées, dont l’une datant de l’époque romane renferment des pierres tombales, des statues des 15ème et 16ème siècles, des objets d'art sacré et le Baptistère de Bount. Des plans anciens et des maquettes (des cathédrales d’Amiens, Chartres, Reims, Rouen, Toulouse...) complètent des panneaux explicatifs racontant la légende de l'affreux Graoully, lui-même suspendu au plafond.
 

Incursions militaires

Fort de Fermont (près de Longuyon, France)

L’ouvrage fortifié de la ligne Maginot a été bâti dès 1931. Endommagé en juin 1940, puis restauré après-guerre, c’est désormais un musée. La visite souterraine de deux heures vous fera découvrir la vie des soldats au quotidien, leur organisation et leurs équipements.

Un périple en petit train électrique à 30 mètres sous terre vous mènera aux blocs de combat et à la casemate du fort.

Ouvrage du Hackenberg à Vrecking (France)

Fortification de la ligne Maginot, construit entre 1929 et 1935, épargné par les combats de juin 1940, ensuite réutilisé par les Allemands notamment lors des combats de novembre 1944 contre les troupes américaines, il a été restauré après la guerre et transformé en musée.

Il compte 19 blocs en surface, reliés entre eux par des kilomètres de galeries souterraines. Vous pourrez y visiter les installations d'époque : du magasin à munitions à la centrale électrique, en passant par la caserne avec ses cuisines et son infirmerie reconstituées à l'identique.

Casemates du Château de Sarrebruck (Allemagne)

Descente à une dizaine de mètres sous l’ancien château médiéval, déjà mentionné en 999, et transformé en résidence de style baroque. Creusées il y a plus de 500 ans, les falaises ont servi de casemates et de bastion souterrain. Elles abritent aujourd’hui un musée.


Au fond de la mine

Musée National des Mines de Fer, à Rumelange (Luxembourg)

Pour débuter, un périple en petit train à travers le carreau de la mine à ciel ouvert, puis sous terre. Une fois sur place, la visite guidée s’effectue à pied. Les visiteurs y découvrent les techniques d’extraction du minerai ainsi que le travail souterrain du mineur de fer. Attention toutefois, la température moyenne dans la mine est de 10°C.

Mine de cuivre de Stolzembourg (Luxembourg)

Les filons riches en cuivre de cette mine vieille de plus de 500 ans ont attiré de nombreux prospecteurs dans ce village. La visite des galeries souterraines (2 à 3 heures) s’effectue avec un guide. Un sentier et un musée vous diront tout sur la géologie de la région, l'histoire de la mine et sur ses techniques d'exploitation.

Mine de fer d’Hussigny-Godbrange (France)

Un voyage à 60 mètres sous terre, dans l’obscurité et la poussière des anciennes galeries, et aux sons assourdissants des engins mécaniques, remis en activité pour l’occasion. Vous assisterez même à une simulation de tir de mine.

Mine d’ardoises de Bertrix (Belgique)

Plongée à 25 mètres sous terre, dans les galeries d’ardoises. Sur un kilomètre, vous découvrirez les gigantesques salles de 8.000 m3 ouvertes à l'explosif, qui vous feront revivre le travail des "scailtons", les mineurs d'ardoises, ainsi que les vestiges d'un passé industriel aujourd’hui disparu.

Découverte gourmande de la mine : tous les dimanches midi, la visite est ponctuée d’arrêts dégustation : apéritif, potage et canadas aux rousses, sans oublier le dessert et le café à la remontée. Réservation obligatoire.

Mines d’ardoises de Fell (Allemagne)

La mine d’ardoises non loin de Trèves a fonctionné du Moyen Age au 20ème siècle. Deux sentiers de randonnée minier de respectivement de 5 et 7,5 kilomètres, vous mèneront dans de longs tunnels et sur les pistes de plusieurs chantiers. Un musée retrace en outre l’univers des mineurs et l’histoire de la commune de Fell et de sa mine.

Rallye pour enfants : un rallye de la mine attend les petits randonneurs, qui devront résoudre de petites énigmes.



Sans oublier bien sûr, l'écomusée des Mines de Fer de Neufchef et d'Aumetz.


Exploration de grottes

Grotte de Han (Belgique)

Refuge depuis la fin du Néolithique, façonnée par la Lesse, la rivière qui la traverse de part en part, elle compte des salles gigantesques; chacune portant des noms évocateurs (Salle des draperies, Salle des scarabées, Le minaret...).

Un tram centenaire vous conduira jusqu’à l’entrée. La visite d’environ 2 kilomètres fait à pied et dure environ 1h45.

La grotte propose également un parcours spéléo tout terrain sécurisé pour crapahuter dans la boue de la rivière et les éboulis. Réservation obligatoire.

Grottes de Hotton (Belgique)

Découvertes en 1958, les grottes de Hotton ont été creusées par une rivière souterraine qui apparait en surface dans l'Ourthe. Au cours d’une visite guidée d’environ une heure, vous descendrez dans les profondeurs des galeries inférieures à 65 mètres sous la surface de la terre.

La remontée se fera à pied sur 30 mètres puis en ascenseur


Virée dans les caves

Visites des caves à vins

La route luxembourgeoise du vin s’étend sur une trentaine de kilomètres. Elle est ponctuée de musées viticoles (à Bech-Kleinmacher et Ehnen) et surtout de caves de producteurs locaux.

L’occasion de connaître les secrets de fabrication du crémant notamment, ce vin mousseux qui se développe naturellement selon des techniques ancestrales, dans des galeries souterraines creusées sur plusieurs kilomètres.

Comme à Remich, à Wormeldange où des après-midis dansants sont organisés chaque dimanche, ou encore à Grevenmacher.

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Détente

Info Flash & Trafic

X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies