icon recherche
Détente

Le F91 Dudelange à l’assaut de l’histoire

Défait sur la plus petite des marges contre le Milan AC le 20 septembre, le F91 a débuté une campagne européenne historique, que tous les amateurs de foot du pays et des régions avoisinantes vont suivre avec intérêt.

Publié par Romain S. le 20/09/2018 | 1.907 vues

En 2011, Differdange recevait le premier Paris de l’ère qatarie et pouvait apprécier les premiers pas de la recrue phare de l’époque, Javier Pastore.
En 2011, Differdange recevait le premier Paris de l’ère qatarie et pouvait apprécier les premiers pas de la recrue phare de l’époque, Javier Pastore.

2017, 2011, 1984, 2018. Le football luxembourgeois n’a évidemment pas le même rayonnement à l’international qu’il ne l’a pour les passionnés de la discipline au pays et dans les régions alentours.

Quelques piges de joueurs stars (Malouda à Differdange, Quercia ou Bisevac à Dudelange…) ont bien permis de braquer brièvement les projecteurs sur la compétition locale.

Auteures de quelques prestations remarquées en préliminaires de Coupe d’Europe depuis la première représentation grand-ducale dans une compétition continentale en 1964 (la Jeunesse d’Esch), les formations à la bannière Roude Léiw ont déjà fait déplacé les foules à plusieurs reprises. Certaines d’entre elles font date.

 

Le Paris de Pastore, l’Ajax de Van Basten…

En 2017, le Progrès Niederkon créait la sensation au 1er tour préliminaire de l’Europa League en écartant les Glasgow Rangers, monstre sacré du foot écossais.

En 2011, Differdange recevait le premier Paris de l’ère qatarie et pouvait apprécier les premiers pas de la recrue phare de l’époque, Javier Pastore.

27 ans plus tôt, les Red Boys Differdange « humiliaient » le grand Ajax de Van Basten en tenant le score à la maison. Vexés, les Néerlandais s’imposaient finalement 14-0 au retour avec notamment un quintuplé du triple Ballon d’Or et un triplé de Ronald Koeman.

Une enceinte bondée

En 2018, ce n’est pas une nouvelle page qui s’ouvre mais bien un nouveau conte qui s’écrit. En disposant des Roumains de Cluj, pensionnaires de Ligue des Champions (C1) du temps du Bordeaux de Laurent Blanc, Dudelange figure d’ores et déjà au sommet de l’histoire du ballon rond national.

Jamais une équipe luxembourgeoise n’avait atteint les phases de poule de l’Europa League, anciennement coupe UEFA (C3), antichambre de la C1. Pas sûr que le feuilleton soit réédité chaque année.

C’est pour dire à quel point il faut aux joueurs du F91, un peu à la peine en championnat, on imagine et on comprend sans difficulté qu’ils peuvent avoir la tête ailleurs, profiter des moments inoubliables qu’ils vont vivre et partager avec les supporters.

Ceux-ci ne seront sans doute pas composés que d’inconditionnels des Rouges et Jaunes. Il y aura sans doute des tifosis milanais comme des amateurs de football venus admirer des joueurs qu’ils n’ont peut-être et ne verront peut-être plus d’aussi près et aussi près de chez eux.

Toutefois, il est fort à parier que même ceux que le F91 laisse indifférent se prendront au jeu de soutenir le plus petit face au plus gros.

L’effet « Milan AC »

Jeudi soir, un peu plus que les autres soirs, même si les futurs adversaires vaudront également le détour (Betis Seville, Olympiakos), l’ambiance était particulière. Car le Josy Barthel a prêté ses installations à un monument de la discipline, tout simplement le deuxième club le plus titré de la Coupe d’Europe derrière le Real Madrid.

Même s’il traverse une zone de turbulence depuis quelques années, le Milan AC reste une institution qu’aucun footeux ne saurait contester.

Dans ses rangs, il compte toujours une ribambelle d’internationaux dont certains ont fait le voyage à Moscou cet été avec leurs sélections nationales. Silva avec le Portugal, Higuain avec l’Argentine (buteur au Josy Barthel), Bacca avec la Colombie, Strinic, finaliste titulaire de la Coupe du Monde avec la Croatie… Sans oublier le bulldog, champion du monde avec l’Italie et champion tout court, Gennaro Gattuso, à la tête de l’équipe.

L’afflux de prétendants à un « pack trois matchs » après le tirage au sort et la mise en vente des billets est assez éloquent de l’effervescence qu’un tel événement produit.

Pour les malchanceux, les rencontres seront diffusées, sans bug espérons-le, sur les antennes de RMC Sport, à l'instar du premier rendez-vous face à Milan (0-1).

L’occasion quoi qu’il en soit, pour la bande à Turpel et consorts, invaincue jusqu'à jeudi en coupe d’Europe à domicile cette année, de jouer son va-tout sans avoir rien à perdre. De toute façon, c’est déjà gagné. 

Les prochains rendez-vous à domicile : Dudelange-Olympiakos le 25/10 à 18h55 et Dudelange-Betis Seville le 13/12 à 21h.

Photo : Facebook du F91 Dudelange

Ailleurs sur le web