icon recherche
Emploi

Combien de frontaliers travaillent dans la Grande Région ? Et où ?

250 000 frontaliers travaillent dans les territoires de la Grande Région. Certains sont plus attractifs que d'autres. 

Publié par Chrystelle Thévenot le 19/06/2020 | 2.094 vues

Frontaliers dans la Grande Région
Les français sont les travailleurs frontaliers plus nombreux au Luxembourg.

De manière générale, entre 2018 et 2019, le nombre de travailleurs frontaliers dans la Grande-Région a augmenté de 3,5%, soit 8 369 personnes supplémentaires, dont près de 80% de ces flux sont captés seulement par le Luxembourg.

Tandis que ce pays connait une augmentation de plus de 9 000 travailleurs, les autres territoires enregistrent des pertes dont le maximum est enregistré par la Sarre qui perd 739 travailleurs frontaliers (-4,3%).

On observe que le marché du travail transfrontalier en Grande-Région reste largement axé sur le Luxembourg qui atteint en 2019 un nouveau record.

À l’inverse, les autres territoires perdent globalement des travailleurs frontaliers, même si c’est parfois de manière très marginale, comme pour la Wallonie dont la variation est extrêmement faible entre ces deux dates avec -0,3%, soit seulement une centaine de personnes.

Lire : Quel avenir pour la Grande-Région ?

D’où viennent les travailleurs frontaliers de la Grande Région ?

Les frontaliers originaires de France, par exemple, représentent toujours la plus grande part des flux dans la Grande-Région, et plus particulièrement en Wallonie et dans le Länder allemands de la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, où ils représentent la quasi-totalité (respectivement 96% ; 99% et 92%).

C’est au Luxembourg qu’ils sont le plus nombreux avec plus de 100 000 frontaliers qui viennent de France, soit 52% des frontaliers arrivés au Luxembourg.

On peut rappeler que maintenant, en 2020, les frontaliers qui travaillent au Luxembourg ont dépassé les 200 000 !

Dans les autres zones géographiques, le nombre de frontaliers, hormis ceux venant de France, reste très marginal.

C’est le cas particulièrement en Sarre où les frontaliers belges et luxembourgeois représentent moins de 0,5% des travailleurs frontaliers, soit respectivement 13 et 39 personnes.

La situation est similaire en Rhénanie-Palatinat où les Belges et les Luxembourgeois représentent moins de 9% des flux soit environ 280 personnes.

Sans prendre en compte les frontaliers français, les variations entre 2018 et 2019 sont globalement négligeables pour les Länder allemands et la Wallonie dont les effectifs varient selon le pays d’origine de -8 à +22.

(Source : www.granderegion.net)

Lire : Quel est le nouveau programme de la Fête nationale au Luxembourg, le 23 juin ?

0 vote utile

Ailleurs sur le web