icon recherche
Emploi

Est-ce une chance de travailler au Luxembourg ?

Clément P. est diplômé d'un bac+5 et travaille au Luxembourg depuis plus d'un an. Il nous partage son expérience.

Publié par Chrystelle Thévenot le 04/10/2019 | 20.059 vues
comments4 commentaires

Clément

Clément P, 24 ans, travaille comme Data Scientist pour Scorechain à Esch-sur Alzette – une start-up spécialisée dans le traitement des données. Embauché depuis février 2018, il aurait pu rester en Irlande, lors de son intégration au sein d’Erasmus – European Action Scheme for the Mobility of University Students. Ou encore en Suisse, dernier pays qu’il a fréquenté pour obtenir son diplôme à l’EPFL  – Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Mais, c’est au Luxembourg qu’il a décidé de lancer sa carrière professionnelle.

Le Luxembourg, une évidence

Originaire de Metz, ce choix est d’abord une évidence géographique « Quand tu habites en Moselle, c’est un peu la logique. Tous mes amis informaticiens et une partie de ma famille travaillent au Grand-Duché » précise-t-il.

Puis, le domaine dans lequel il évolue est très pointu. Il fait partie de la catégorie des salariés experts, des profils donc très spécialisés : « Dans mon département de résidence, je n’aurais pas eu la chance de trouver un poste dans mon secteur d’activité. Il aurait fallu que je me déplace à Paris. La société Scorechain, située dans ma région, est donc une véritable chance de mettre à contribution l’ensemble de mes compétences. »

La rémunération

Enfin, pour la rémunération, calculette en tête, le Luxembourg est un eldorado mais on y travaille dur : « C’est 40 heures par semaine au lieu de 35 h comme par exemple en France. Tu rajoutes les longues heures passées dans les  transports, mais tu y gagnes bien ta vie ! ».

En France, on lui aurait proposé un tiers en moins de son salaire actuel.

Même chose pour son évolution professionnelle : « Pour le moment, je ne me suis pas imposé de plan carrière, mais il y a de belles opportunités. »

Comment s’organisent ses journées ?

Finalement, un peu comme tous les travailleurs frontaliers. Son organisation est rodée. Il se lève tôt pour rejoindre son lieu de travail avec le casse-tête des embouteillages. Au final, il met un peu plus d’une heure en voiture les matins. Et une heure pour le retour, l’occasion de penser déjà à autre chose…qu’aux statistiques et aux données.

Sa vie sociale ? Elle se construit un peu au travail « En prenant mes pauses déjeuners avec mes collègues. On parle de tout et de rien en évitant de discuter boulot » sourit-il. Et surtout , elle se poursuit en fin de semaine avec ses amis et ses activités sportives. Un bon équilibre que Clément P souhaite maintenir pour vivre heureux.

Lire : Il détestait son nouveau collègue

Ailleurs sur le web

Frontalierlulu
240 messages
Il y'a 2 mois

Wouah !!

roudeleiw
470 messages
Il y'a 1 mois

Un bac+5 et un profil recherché dans l'IT, il doit taper largement au dessus des 100K. Alors pourquoi ne pas d'installer au Lux et d'épargner les trajets? Raisons familliales peut-être.

thegoplux
6 messages
Il y'a 1 mois

Posté par: roudeleiw Un bac+5 et un profil recherché dans l'IT, il doit taper largement au dessus des 100K. Alors pourquoi ne pas d'installer au Lux et d'épargner les trajets? Raisons familliales peut-être.
 

Hello, oui cela devrait etre possible, mais bon +100k avec 1 an d'exp, j'y crois pas du tout.
Raisons familiales ? On peut extrapoler, mais à 24 ans, il y a assez peu de chance que la famille soit une raison...
La raison est classique, il est originaire de Metz, donc il reste dans sa region.....ceux qui résident au Lux ne viennent très souvent pas de la région. Et c'est bien ça le pb, cet esprit de "plus tard je serai frontalier...." 

iso9002
266 messages
Il y'a 1 mois

Les profils d'informaticiens sont nettement moins bien payés au Luxembourg que ceux dans la finance, par exemple. J'ai 21 ans d'expérience, un profil très recherché et je ne suis pas encore à 100K (je m'en approche, mais c'est plafonné, et ça fait maintenant 10 ans que je n'ai plus eu d'augmentation). Je sais que ça semble étonnant, par rapport à tous les fantasmes qui circulent, mais il n'y a que les informaticiens dans les banques qui arrivent à des postes de direction qui gagnent vraiment bien leur vie au Luxembourg. Quand on reste dans le technique, c-à-d lorsqu'on est vraiment compétent, ça ne paie pas tant que ce qu'on croit.