icon recherche
Emploi

Fabian, bac+8 : « Les frontaliers ont un rapport particulier avec l’argent »

Docteur en informatique, Fabian travaille dans une banque. Il témoigne de son expérience positive au Luxembourg, un pays où "les gens sont accueillants". 

Publié par Chrystelle Thévenot le 27/11/2019 | 11.882 vues
comments3 commentaires

Fabian, 30 ans, est docteur en informatique dans une banque au Luxembourg. Diplômé d’un bac+8, il aurait pu choisir d’évoluer dans son secteur : « Des entreprises de renom purement informatique m’ont contacté pour que je travaille avec eux. Mais je préfère le côté chaleureux d’une petite entreprise. J’ai choisi l’univers bancaire et j’y suis très heureux.» Il habite à Arlon en Belgique et n’a pas le permis de conduire. Il se déplace de Mouscron (Belgique) jusqu’au Luxembourg en vélo et en train.

Divorcé, Fabian est en couple avec une jeune femme, kinésithérapeute indépendante à Luxembourg ville.

1700 à 2000 euros durant mon doctorat en informatique

Lesfrontaliers.lu : combien gagnez-vous en tant que docteur en informatique ?
Fabian : après mon master, j’ai décidé de poursuivre dans la recherche informatique. Quand on choisit de faire un doctorat, on est rémunéré entre 1.700 euros à 2.000 euros brut par mois durant trois ans. Je comptais rester en Belgique mais j’ai eu une opportunité au Luxembourg dans une banque. Au début, j’étais à temps plein et je gagnais 4.100 euros par mois. A présent, à temps partiel je suis rémunéré 3.700 euros par mois. J’ai 30 jours de congés en plus par an. Je n’ai pas d’autres avantages comme les tickets restaurants, une voiture de fonction, une carte essence… En revanche, mon employeur a tout misé sur la formation de son personnel. Nous avons accès à une plateforme de formation gratuite.

Moins d’une heure de transport par jour

Lesfrontaliers.lu : sans permis de conduire, comment faites-vous ?
Fabian : cela semble inconcevable de ne pas avoir de permis de conduire de nos jours. En fait, je m’en passe très bien. Je me déplace en train d’Arlon à destination du Luxembourg. Et ensuite, je suis à vélo. Je travaille de 8h à 17h et j’ai moins d’une heure de transport par jour. Quand je vois la situation de certains frontaliers français, allemands ou belges sur le plan de la mobilité, je me dis que j’ai beaucoup de chance. Le seul hic pour moi, tous les matins, c’est de trouver une place assise.

Les frontaliers ont un rapport à l’argent qui est particulier

Lesfrontaliers.lu : qu’est ce qui vous plait au Luxembourg ?
Fabian : avant tout, j’aime la diversité sur le plan gastronomique. Je trouve les luxembourgeois accueillants. En revanche, je trouve que les frontaliers ont un rapport avec l’argent qui est particulier. Tout tourne autour de ça. L’argent est important, surtout quand on galère tous les jours pour se rendre, sur son lieu de travail, mais ce n’est pas l’essentiel. Le rapport à l’humain a changé et on a le sentiment d’être toujours en compétition.

La pression de l’univers de la banque

Lesfrontaliers.lu : travailler dans l’univers de la banque, est-ce facile ?
Fabian : la concurrence est très présente. C’est évident. Mais au-delà de tout ça, je note une grande solidarité au sein des employés de la banque comme si ce lien était un barrage psychologique à la pression vécue tous les jours. Par exemple, nous avions constitué une équipe pour la manifestation organisée contre le cancer du sein à Luxembourg. Cela change les rapports entre collègues.

N.B. Si vous souhaitez partager votre expérience, contactez nous par mail [email protected] ou remplissez ce formulaire.

Ailleurs sur le web

robertdelongwy
182 messages
Il y'a 2 semaines

Voilà quelqu'un qui a tout compris.
PAS de voiture.

hermione57100
33 messages
Il y'a 2 semaines

Concurrence ?  Secteur bancaire ?  Ah bon ?
Comment se fait-il alors que dans une grande banque suisse l'assistante du PDG n'a qu'un bac secrétariat et ne connaît qu'une des langues officielles de la Suisse ?  Eh non, les gars, ce n'est pas une fille canon non plus !
D'autre part, la SG a embauché en tante qu'assistante juridique une bonne femme qui n'a aucune formation en droit et a même loupé son BTS (un truc commercial ...).
Il me semble, plutôt, que les banques ont du mal à recruter.