Le syndicat des banques au Luxembourg demande plus de télétravail pour les frontaliers
logo site
icon recherche
Emploi

Le syndicat des banques au Luxembourg demande plus de télétravail pour les frontaliers

L'Aleba demande au gouvernement du Luxembourg que les accords fiscaux et sociaux concernant le télétravail des frontaliers soient signés au plus vite.  

Publié par Edouard Trèfle le 07/12/2021 | 4.765 vues
comments2 commentaires

La France, la Belgique et l’Allemagne viennent de prendre, tour à tour, de nouvelles mesures devant la flambée des cas de contaminations. Devant cette situation préoccupante pour les pays frontaliers, le Luxembourg avait décidé de mettre en place quelques restrictions le 29 novembre dernier. Suffiront-elles ? Rien n’est moins sûr.

Parmi les mesures prises par le gouvernement au Luxembourg, le CovidCheck au travail sera mis en place le 15 janvier et jusqu’au 28 février 2022 et s’applique à tous les salariés. Il devient donc obligatoire.

A l’annonce par le gouvernement de nouvelles réglementations sur l’instauration obligatoire du CovidCheck 3G (vacciné, guéri, testé) sur le lieu de travail, le syndicat des banques et assurances réaffirme son soutien au télétravail et appelle l’exécutif à sceller au plus vite des accords sociaux et fiscaux avec les pays voisins afin de permettre aux travailleurs frontaliers de pouvoir également en bénéficier.

Lire Etes-vous suffisamment payé(e) ?

Dans son discours, le Premier ministre Xavier Bettel avait précisé que “Le télétravail est à nouveau fortement recommandé. Nous travaillons avec les pays voisins pour trouver de nouveaux accords pour les frontaliers”. Aucune date n’avait été avancée. La fin du télétravail au Luxembourg est normalement prévue fin décembre.

2 jours de télétravail par semaine

L’Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance entend privilégier le télétravail comme solution à la poursuite de la pandémie et espère que «les gouvernements luxembourgeois et des pays frontaliers puissent faire évoluer les lois au plus vite, afin de permettre aussi aux non-résidents d’exercer jusqu’à 2 jours de télétravail par semaine sans contrainte fiscale ou sociale».

Les frontaliers doivent travailler de chez eux

Pour le syndicat, qui estime que «l’efficacité et la flexibilité du télétravail ne sont plus à démontrer», au-delà des considérations sanitaires, permettre aux salariés, et particulièrement aux frontaliers, de travailler depuis chez eux est un outil pour améliorer leur bien-être, «réduire la frustration» liée aux problèmes de transport, «réduire l’empreinte carbone» et «s’adapter aux nouveaux usages digitaux».

Lire Jusqu’à 3 750 € d’amende pour un refus de présentation de son pass sanitaire en France

 

Retrouvez nous sur  

 

Ailleurs sur le web

Raiisin
135 messages
Il y'a 2 mois

A default d'avoir des structures suffisantes pour acheminer les frontaliers, c'est une solution qui pourrait convenir. Voilà enfin des gens avec un peu de jugeotte !
Après ça concerne que ceux qui sont devant un écran toute la journée. 
 

FrontaFrench
6 messages
Il y'a 1 mois

Il est évident que lorsque cela est possible le télétravail doit être encourragé pour liliter la saturation des transports, la polution et améliorer l'équilibre en la vie personnelle et professionnelle du plus grand nombre.