icon recherche
Emploi

Le télétravail est-il la pratique du futur ?

Le télétravail tend à se répandre et devient même un avantage à faire valoir par l’employeur lors du recrutement. Régie par des lois, tout porte à croire que la pratique se généralisera au rythme de l’évolution technologique.

Publié par Romain S. le 08/11/2018 | 1.383 vues

Le droit au télétravail pour les frontaliers repose sur des accords entre le Luxembourg et les pays concernés.

Le télétravail, faut-il le rappeler, est l’action d’exercer une activité professionnelle à distance, hors du lieu de travail. Son expansion est rendue possible par l’émergence et surtout l’efficience des moyens de télécommunication.

La pratique est régie par le Code du travail. Au Grand-Duché, on recense plus ou moins 7 % de télétravailleurs, principalement des salariés de métiers en tension comme dans l’informatique.

Pour ce qui est des frontaliers, la législation relève d’accords passés entre les pays concernés. Depuis la convention franco-luxembourgeoise signée en mars dernier, les navetteurs français sont autorisés à prester 29 jours par an en télétravail tout en restant imposés au Luxembourg. Le seuil descend à 24 jours pour les frontaliers de Belgique (même si un relèvement de la tolérance est en discussion) et de 19 jours pour ceux venus d’Allemagne.

Lire : A 69 jours de télétravail, les Belges perdraient leurs droits sociaux

En tant que frontaliers, que pensez-vous du télétravail ? Le droit doit-il être étendu et/ou harmonisé pour tous les navetteurs ? Les résultats de ce sondage figureront dans le prochain numéro d’Entreprises Magazine qui traitera des Ressources Humaines et de la Formation Professionnelle.

 

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Commentaires Réagir à cet article

Ailleurs sur le web