Plan social de la crèche l’Abeille : plus de 50% des salariés licenciés sont des frontaliers
icon recherche
Emploi

Plan social de la crèche l’Abeille : plus de 50% des salariés licenciés sont des frontaliers

C'est un coup dur. La BEI a définitivement fermé la porte des négociations avec les syndicats concernant l'avenir de la " crèche l'Abeille" au luxembourg. De nombreux frontaliers sont au chômage. 

Publié par Chrystelle Thévenot le 27/07/2020 | 2.784 vues

La rédaction avait rédigé un article sur le licenciement envisagé de 44 salariés travaillant à la crèche Attitude « L’Abeille » au Luxembourg.

En effet, en janvier, la Banque européenne d’investissement – BEI – n’avait pas souhaité renouveler le contrat avec le prestataire gérant la crèche.

Céline Conter, secrétaire syndicale LCGB/OGBL avait, à l’époque, espéré que la banque reviendrait sur sa décision. Vendredi 24 juillet, la sentence est tombée. Le LCGB comme porte-parole et l’OGBL ont signé un plan social pour les salariés.

Lire notre article Un contrat rompu entre la BEI et la crèche « L’Abeille »

« Après plusieurs semaines de négociations très tendues et difficiles, les syndicats ont pu mettre en place des mesures sociales dont notamment la préretraite-ajustement ainsi que l’aide à la recherche de nouveaux postes » se désole Céline Conter, ponctuant « malgré tous nos efforts, la crèche va fermer et les partenaires sociaux regrettent que l’engagement des salariés, pendant les 25 ans d’activité, ne soit pas honoré ».

Les licenciements au Luxembourg concernent, en majorité, des frontaliers allemands, belges et français. Ce sont des éducatrices. Quel sera l’avenir de ces salariées ? Céline Conter souligne « que quelques entreprises se sont manifestées pour reprendre des salariés mais toutes les personnes n’ont pas pu réintégrer le marché de l’emploi ».

« Pendant les derniers mois, les syndicats, ensemble avec la délégation du personnel, se sont engagés sans relâche par des actions syndicales ainsi que par la demande d’échange, surtout avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI), en vue de trouver une solution pour sauvegarder les emplois » résume-t-elle.

Indignée par la situation, Céline Conter, secrétaire syndicale LCGB/OGBL dénonce « la fermeture de la crèche ainsi que les circonstances dans lesquelles le licenciement collectif va se faire ».

Le salaire des employés, qui n’ont pas retrouvé un travail, sera maintenu jusque février 2021.

Lire Covid-19 : des pays durcissent les règles de circulation pour les luxembourgeois et les entreprises

Ailleurs sur le web