Mon compte

Vulnérabilité au travail accrue dans la Grande Région

Français, Belges et Luxembourgeois sont de plus en plus vulnérables dans leur emploi, notamment en raison de la nature des contrats.

Bien des analyses portent sur le taux et l’étendue du chômage en Europe. Peu s’interrogent sur les conditions de travail pour les personnes en poste.

L’intérêt du rapport du Centre d'études de l'emploi, réside justement dans le fait qu’il s’intéresse non pas aux citoyens sans emploi, mais bien aux actifs de quinze pays de l’UE sur la période 1995-2015.

Plus précisément, il pointe la vulnérabilité des travailleurs établie en fonction de plusieurs critères : les pénibilités physiques bien sûr mais aussi "la perception d’être victime de discrimination, le fait d’être assujetti à des horaires atypiques, celui d’être soumis à une intensité de travail élevée […] et le constat d’une faible complexité du travail impliquant peu d’autonomie et une mobilisation réduite des compétences qui limite les perspectives d’évolution dans le travail."

"Un niveau de vulnérabilité plus élevé en France"

Et le résultat n’est pas très flatteur lorsqu’il s’agit du Luxembourg, de la France ou encore de la Belgique. Selon les modalités de l’enquête, les trois voisins "se distinguent par une hausse constante de la vulnérabilité avec, cependant, un niveau de vulnérabilité plus élevé en France."

Un salarié en CDD accepte plus de contraintes

Au-delà des facteurs indiqués plus haut, d’autres caractéristiques concourent à cette tendance. C’est le cas d’un travailleur étant le principal contributeur aux revenus du foyer, mais pas que. Rien de surprenant par ailleurs à ce qu’un CDD s'expose davantage à la vulnérabilité qu’un contrat CDI, dans la mesure où, dans le premier cas, le salarié accepte plus facilement certaines contraintes.

Le secteur d’activité tout comme la taille de la société influent sur la vulnérabilité. Ainsi, un militaire, un conducteur de machine ou même un directeur est plus menacé qu’un employé dans le domaine intellectuel ou d’une profession intermédiaire.

Le secteur privé présente davantage de risques comparativement au secteur public.

Les 25-35 ans les moins vulnérables

Les petites entreprises (un salarié ou de deux à neuf salariés) sont également plus susceptibles d’être affectées que les moyennes et grandes entreprises. Le rapport dénote, en outre, que les moins de 25 ans et les plus de 55 ans sont plus menacés. "A l’inverse, les 25 à 35 ans semblent les moins vulnérables surtout en 2010 et en 2015."

Les femmes sont certes plus concernées mais les hommes le sont de plus en plus, notamment en France, en Belgique et au Luxembourg.

Plus d'informations sur le rapport ici

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Emploi

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez toutes les informations de lesfrontaliers.lu, toutes les semaines dans votre boite mail !

Info Flash & Trafic

X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies