Le Luxembourg place ses crèches sous bonne garde
logo site
icon recherche
INFO FLASH
Une mini-hausse pour le SP98 jeudi au Luxembourg
Famille

Le Luxembourg place ses crèches sous bonne garde

Les établissements accueillant de très jeunes enfants font l’objet de nombreux contrôles. En cinq ans, près de 427 infractions (plus ou moins graves) ont pu être relevées.

Publié par Patrick Jacquemot le 16/01/2023

Dernièrement, les juges luxembourgeois se sont penché sur le cas d’une gérante de crèche soupçonnée de violences. Des mauvais gestes portés tant à l’égard de ses personnels que les enfants dont elle avait la charge.

Il s’agit là, bien entendu, d’un cas extrême. Rarissime. Et si les parents de bambins avaient besoin d’être rassurés, le ministère de la Jeunesse vient d’apporter une série d’informations sur la surveillance des « structures d’éducation et d’accueil à vocation marchande ».

489 crèches et lieux d’accueil sont ainsi répertoriés au Grand-Duché. Et que ce soit, d’un point de vue purement administratif (tenue du journal de bord) ou des question d’hygiène ou de sécurité, la vigilance est de rigueur.

Contrôles et contre-visites

Ainsi, ces cinq dernières années, plus de 6 000 visites ont été effectuées pour voir si tout était en règle. Dans 60 situations, une crèche a pu faire l’objet d’au moins deux passages. Voire même 7 pour un établissement visiblement dans le collimateur des autorités…

Car le ministère de la Jeunesse n’intervient pas seul. Il peut être amené à recevoir le soutien de l’Inspection du travail, du parquet, de l’Inspection sanitaire, hygène et sécurité etc. Parmi les entorses les plus souvent constatées, le ministre Claude Meisch signale notamment :

  • dépassement de la capacité d’accueil autorisée
  • manque de personnels par rapport au nombre d’enfants accueillis
  • trop de personnels non-qualifiés
  • prestations obligatoires non-disponibles
  • projet multilingue mal ou pas mis en place
  • registre de formation des agents non mis à jour

Autant de “fautes” qui peuvent valoir de simples rappels ou une restriction des capacités d’accueil autorisées, la suppression du bénéfice du Chèque Service Accueil voire un retrait d’agrément dans le pire des cas.

A noter que si l’administration se charge de ces contrôles en autonomie, elle peut aussi intervenir sur signalements des familles ou des employés. Cela a été le cas à une quarantaine de reprises ces cinq dernières années.

Depuis 2019, 5 plaintes pour des cas de maltraitance dans les crèches sont remontées au ministère de la Jeunesse luxembourgeois.

> Calculez le montant de vos allocations familiales en cliquant ICI

Retrouvez-nous sur Instagram

Ailleurs sur le web