icon recherche
Fiscalité

Ce que prévoit le budget de l’Etat 2019

Outre l’augmentation du salaire social minimum, le gouvernement prévoit d’augmenter le prix par litre des carburants.

Publié par Romain S. le 06/03/2019 | 2.396 vues

Un taux de TVA de 3 % sur les produits hygiéniques (tampons et serviettes) sera appliqué.

« Prévoyance, durabilité, équité, cohésion sociale et compétitivité. » Voilà les maîtres-mots du budget 2019 présenté par le ministre des Finances, Pierre Gramegna, le mardi 5 mars à la Chambre des députés.

La mesure phare concerne l’augmentation du salaire social minimum de 100 euros nets par mois et l’augmentation des investissements. Les secteurs prioritaires sont le logement, l’éducation, la recherche, la digitalisation, les infrastructures de transport, l’énergie durable, la culture et les structures sociales.

Les dépenses de l’Administration centrale vont progresser de 5.8 % pour s’élever à 19,6 milliards d’euros. 48 % seront destinées aux prestations sociales et transferts de revenus, 23 % aux rémunérations et 13 % aux investissements publics.

Lire : Les nouveaux salaires minimums

M. Gramegna souligne également que la dette luxembourgeoise restera parmi les plus faibles de l’Union européenne sur la période 2019-2022. Soit 20.2 % du PIB en 2019 avec des projections à 18.4 % en 2022.

Augmentation du prix des carburants

Concernant les mesures fiscales, en voici les principales :

  • L’introduction d’un crédit d’impôt social minimum pour augmenter le salaire social minimum de 100 euros nets par mois, avec effet rétroactif au er janvier ;
  • L’application du taux de TVA de 3 % sur les produits hygiéniques (tampons et serviettes) ;
  • L’application du même taux aux livres électroniques, la presse en ligne et les autres publications électroniques ;
  • L’augmentation des accises d’un centime par litre sur l’essence et de deux centimes sur le litre du gasoil ;
  • La baisse du taux d’impôt sur le revenu des collectivités (IRC) de 18 % à 17 % ;
  • L’augmentation de la tranche de revenu à laquelle s’applique le taux minimal de l’IRC de 15 % de 25.000 euros à 175.000 euros. Une mesure dont bénéficieront surtout les petites et moyennes entreprises.

Pour ce qui est du dernier point, les recettes sont affectées pour moitié au fonds Climat et Energie et pour moitié au budget de l’Etat.

M. Gramegna qualifie cet effort de « nécessaire pour mettre les infrastructures de notre pays à jour et augmenter la qualité de vie des citoyens. »

Lire : Le 9 mai férié dès 2019 est en bonne voie 

Ailleurs sur le web