Mon compte

Y aura-t-il une « iPolice » au Grand-Duché ?

C’est la question que posent deux députés au gouvernement alors que la concrétisation du projet est en cours du côté belge.

C’est en 2014, deux ans avant les attentats de Bruxelles, que l’expression « iPolice » est pour la première fois sorti des tiroirs.

En 2016, sous l’impulsion des deux vice-Premiers ministres, Jan Jambon (N-VA) et Alexandre De Croo (Open Vld), le projet se mettait en route, doté d’une enveloppe de 110 millions d’euros.

L’objectif : implémenter l’intelligence artificielle au sein des services de police afin de favoriser le « cloud working » et le partage des données à travers les corps de police. Les agents pourront par exemple rédiger les procès-verbaux directement sur le terrain.

Le serveur sera en outre capable d’évaluer les risques, de faire des liens entre les enquêtes en cours, de déceler un réseau criminel etc. Les partisans de la « iPolice » espèrent gagner en efficacité et en productivité, en rendant plus efficient le travail des fonctionnaires.

 

Une bonne idée pour pallier au manque d’effectif ?

Le Wort, qui y a consacré un papier le mois dernier, rappelle que la perspective d’un tel logiciel, voué à entrer en vigueur à partir de 2021, n’est pas sans exalter la frilosité de certains en Belgique. Et le quotidien de citer le député écolo Benoît Hellings, lequel s’inquiète des conséquences de confier la phase de déduction et d’interprétation en quelque sorte, à des robots.

Les craintes portent notamment sur un éventuel ciblage abusif de la population de confession musulmane.

Le 20 août, deux députés luxembourgeois, Diane Adehm et Gilles Roth ont déposé une question parlementaire à l’adresse du Président de la Chambre des Députés, Mars Di Bartolomeo.

A savoir si le Grand-Duché compte s’inspirer de son voisin, notamment pour pallier au manque de ressources humaines au sein de la police du pays.

L’omniprésence du numérique pousse au développement croissant de l’intelligence artificielle pour gérer les flux de données. Confier une partie des activités policières à une machine est-il dans l’ère du temps ?

Partagez ce sondage

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Société

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez toutes les informations de lesfrontaliers.lu, toutes les semaines dans votre boite mail !

Info Flash & Trafic

X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies