Mon compte

A31 bis : qu'en pense le Ministre luxembourgeois ?

Que pense le Luxembourg du projet A31 bis actuellement en débat en France, est-il impliqué dans le projet, l'autoroute sera-t-elle élargie côté luxembourgeois ? Réponses avec le Ministre des Transports, François Bausch.

Le projet d'autoroute A31 bis est actuellement en débat en France et pose encore de nombreuses questions. Quelle faisabilité pour le projet, quels délais pour la mise en place, faut-il installer des péages, aménager des voies réservées aux transports en commun, etc. Une chose est certaine, il devient urgent de décongestionner le trafic sur cet axe qui voit passer par endroit, jusqu'à 100.000 véhicules par jour.

Lesfrontaliers.lu a interrogé le Ministre du Développement durable et des Infrastructures luxembourgeois, François Bausch pour connaître son point de vue sur le sujet.

L'A31 bis est un projet à long terme...

Pour le Ministre François Bausch, il convient de trouver rapidement des solutions pour lutter contre la saturation de l'autoroute, mais le projet de l'A31 bis n'est pas forcément le plus adapté : "Il faut dire qu’effectivement l’A3 est complètement à saturation et il faudrait agir vite afin d’éviter le collapse total et absolu, constate-t-il. Or le projet, comme il est vu aujourd’hui, semble plutôt être un projet à long terme, vu que l’estimation avec péage porte sur 4-5 ans et sans péage sur 15 ans...".

Du côté de la participation du Luxembourg dans ce projet, le Ministre confirme son implication : "Par le SMOT, le Luxembourg est impliqué dans tous les projets de mobilité transfrontalière, mais pas uniquement au niveau de l’A31, mais également et surtout, insiste-t-il, au niveau des transports publics qui sont d’une vitalité importante".

Le Ministre précise qu'aujourd'hui, le transport public ne couvre que 10% des mouvements transfrontaliers et 90% de mobilité individuelle.

Au sujet du projet qui consiste à mettre en place une troisième voie réservée aux transports en commun entre Thionville et Zoufftgen, le Ministre François Bausch, confirme à lesfrontaliers.lu que "des études sont en cours, en vue de l’utilisation non seulement par les transports en commun mais également par le co-voiturage".

Peu utile de réfléchir sur un élargissement entre la frontière et Gasperich pour le moment

Pour ce qui est d'élargir l'autoroute A3 entre la frontière française et Gasperich, François Bausch attend sur la France : "Tant qu’aucune décision n’est prise côté français, il semble peu utile de réfléchir sur un élargissement entre la frontière et Gasperich".

En revanche, il est déjà prévu d'élargir un autre tronçon : "La partie Helfenterbruck-Echangeur Dudelange sera élargie, notamment à cause de la plateforme multimodale à Bettembourg-Dudelange, rappelle le Ministre. Il faut à tout prix éviter que les camions utilisent la route nationale dans cette zone, afin de ne pas perturber les riverains".

Le Luxembourg investit déjà des sommes considérables en direction de la France

Concernant une éventuelle participation financière de la part du Luxembourg, François Bausch est clair sur la question : "Le Luxembourg fait depuis toujours de grands efforts et investit des sommes considérables en direction de la France. Pensons seulement à tout ce que le Luxembourg investit dans le contexte frontalier, du point de vue transport et dans bien d’autres domaines. Et le retour sur cet investissement sous forme de pouvoir d’achat se fait sur territoire français".


À voir maintenant, ce que vont donner les débats organisés côté français. Les prochaines réunions publiques prévues au mois de mai auront lieu de 19h à 22h :

  • le 20 mai à Pont-à-Mousson sur le Financement (Espace Montrichard) ;
  • le 21 mai à Thionville sur l'Offre des réseaux de transports et déplacements transfrontaliers (au Théâtre municipal).

N'hésitez pas à donner votre avis sur ce projet, en répondant à notre sondage : A31 bis : est-ce vraiment la solution ? 

Sur le même sujet :
Pourquoi mettre des péages sur l'A31 ? Combien cela va coûter à l'automobiliste ? 
Débat sur l'A31 bis à Metz : "Faites directement quatre voies de chaque côté !" 

Photo : DREAL

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Portrait de mods
mods le

""Le Luxembourg fait depuis toujours de grands efforts et investit des sommes considérables en direction de la France. Pensons seulement à tout ce que le Luxembourg investit dans le contexte frontalier, du point de vue transport et dans bien d’autres domaines. Et le retour sur cet investissement sous forme de pouvoir d’achat se fait sur territoire français"."

 

Complétons s'il vous plait, par :

et sous forme d'impôts sur les entreprises, impôts sur les revenus et cotisations sociales sur le territoire Luxembourgeois.

Portrait de Fallet
Fallet le

Bon. Le Luxembourg est ouvertement réticent à l'A31 bis et c'est logique: le projet consiste à ouvrir les vannes côté français pour concentrer l'engorgement au Luxembourg. Vu que c'est là que le débit de voitures est contraint, ça n'ira pas plus vite au final, mais ça permet de transférer les problèmes chez le voisin. 

Alors? Un projet transfrontalier, l'A31 bis? Mouahaha! Un projet franco-français où l'on retrouve toute l'idéologie du tout-bagnole en expliquant que de toute façon ça ne pourra pas changer. 

Dommage. Associer le Luxembourg et son approche plus mûre de la mobilité de demain aurait sans doute permi de proposer quelque chose de plus durable.

Portrait de Flogo
Flogo le

"Il faut à tout prix éviter que les camions utilisent la route nationale dans cette zone, afin de ne pas perturber les riverains"

Les craintes du ministres sont d'autant plus fondées que la mise à péage de l'A31 risque de détourner une bonne partie du trafic, qui risque d'emprunter les nationales et passer par Frisange ou Dudelange...

Au final, le temps de trajet ne sera pas moins aléatoire avec l'autoroute élargie: que les gens prennent une autoroute plus capacitaire et payante ou les routes alternatives, tout le monde se retrouvera aux entrées de la capitale. Et là, gros bordel. J'en connais qui ont dit qu'ils étaient prêts à payer du péage pour échapper aux bouchons qui vont se sentir bien pigeons!

Portrait de Actarus_77

Tant que les états auront les visions attentiste sur les problèmes de déplacement au lieux avoir une vision pro-active en anticipant autant que faire ce peut les besoins pour tenter de les éviter se seront les frontaliers qui paieront les pots cassés...

L'offre autoroutière est largement sous-dimentionné au regard du traffic quotidiens (et la voiture si elle n'est pas une obligation reste une liberté individuelle, il convient de le rappeler) mais c'est aussi le cas des transports publiques (les usagers du train en témoigneront tant en France qu'en Belgique) et le bus reste marginal.

Avec de tel problème de transport l'immobilier sur Luxembourg n'est pas près de baisser, malgré ses beaux discourts sur le sujet le gouvernement Luxembourgeois entretient sciemment le phénomène...

Portrait de comateen1976

Encore un ministre pas très inspiré... comme quoi, y a pas qu'en France. Et nous dans tout ça ? ben on essaie de se détendre...

Portrait de nounours

Voici un ministre qui sait botter en touche. Tout dépend de la France. Hors le problème débute réellement avec l'entrée de Dudelange et la jonction avec l'A13 qui amène aux heures de pointe un tel trafic sur la A3 en plus du trafic en provenance de l'A31 qu'il y a forcément saturation jusqu'à la sortie Kanfen en ce qui concerne l'A31. Ensuite comme cela bloque direction le Kierchberg avec un contournement à seulement deux voies, on a bloqué volontairement tout le monde au niveau de Berchem en passant de 3 à 2 voies. Donc le probème au départ, c'est pas la A31, mais bel et bien le réseau autoroutier luxembourgeois. Et le problème vient avant tout du "périphérique" à 2 voies seulement. Quand ceci sera réglé, on pourra passer à 3 voies sur l'ensemble de la A3. Et quand la A3 sera sur 3 voies, on pourra passer la A31 de Terville à la frontière à 3 voies. La seule chose urgente côté français, c'est le bypass de Thionville, c'est à dire le tronçon de Richemont à Terville. Et il doit clairement être gratuit, de même que l'ensemble de la A31 de Toul à la frontière luxembourgeoise, si on veut que le trafic reste sur l'autoroute et ne traverse pas les villages aux alentours. C'est juste mon avis.

Portrait de vatel4
vatel4 le

 

Pour qu'il soit inspirer...le Ministre Luxembourgeois, il faudrait qu'il dise que le Luxembourg va financer les infrastructures routières frontalières Françaises ...une paille ! Quand on à les poches vides, on ne finance pas une guerre sur plusieurs pays Africains , qui de toute façon est un coup d'épée dans l'eau, vue les moyens engagés face à des cinglés qui disparaissent devant un corps d'armée, pour mieux revenir après son départ; Paras, Légion, le train, Rafales, hélicoptères, chars, logistique énorme, hôpital de campagne...c'est du gaspillage à grande échelle , tant pis pour les routes pitoyables de l'hexagone !

  Cordialement.

 

 

 

 

 

   

Portrait de newdick

Complètement d'accord avec toi. C'est effectivement entre Dudelange et le Kirchberg que se situe le problème majeur. Mais Bausch est invariablement focalisé sur la mobilité douce et les transports publics, et évidemment sur ses électeurs. A long terme, il a raison, mais pour les 20 prochaines années, c'est bouchon bouchon.

 

 

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Mobilité

Info Flash & Trafic

Concours

Pas de concours pour le moment.
X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies