icon recherche
Mobilité

Chaque semaine, 133 frontaliers de plus au Luxembourg

Le Luxembourg souffre d'une : « congestion routière et ferroviaire en heure de pointe ». Quels en sont les facteurs ?  

Publié par Chrystelle Thévenot le 07/11/2019 | 2.760 vues

L’enjeu est de construire une mobilité où chacun pourrait utiliser les modes de transports les plus efficaces.

Le laboratoire de recherches Idea Fondation, association rattachée à la chambre de commerce du Luxembourg a lancé une étude sur la mobilité durable.

Un trajet en voiture de 30 minutes en prend plus de 50

En 2018, le service d’infos du trafic en temps réel Tom Tom Trafic a montré : « qu’ il fallait en moyenne ajouter 33% au temps de trajet théorique pour un déplacement en voiture. » Les lundis, mardis et mercredis entre 8h et 9h, ce temps additionnel s’élève à 68% et culmine même à 72% le vendredi entre 17h et 18h.

 

Luxembourg (LU) – France (FR)  – Belgique (BE) – Allemagne (DE)

 

Un taux d’occupation moyen de 1,2 passager par voiture

D’après l’enquête menée par Luxmobil en 2017 : au total, 73% des salariés prennent leur voiture pour se rendre au travail, 19% viennent par le biais des transports en commun, 6% se déplacent à pied et seulement 2% à vélo.

Le Gouvernement luxembourgeois a pour ambition de faire évoluer le nombre moyen de passagers par voiture de 1,2 actuellement à 1,5, 1,16 pour les résidents et 1,22 pour les travailleurs frontaliers.

133 frontaliers en plus par semaine depuis 5 ans

Les besoins d’utilisation des infrastructures a considérablement augmenté. En cause la saturation des aménagements de transport ajoutée à la croissance continue de la main-d’œuvre.

En moyenne, on estime que depuis cinq ans, par semaine, 133 frontaliers supplémentaires viennent renforcer l’activité économique du Luxembourg. La distance domicile-travail est d’environ 38 km.

2025 : réduire de 73.000 le nombre de voitures sans passager

Selon l’analyse réalisée, si, par hypothèse : « Le nombre de salariés augmentait de 20%, en comparaison à un scénario dans lequel les nouveaux salariés de 2025 se comporteraient de la même manière que les salariés de 2017, la stratégie reviendrait d’ici 2025 à réduire de 73.000 le nombre de conducteurs seuls. »

Parmi eux, 34.000 devraient se « convertir » en passagers de covoiturage, 14.000 en usagers des transports en commun, 15.000 en piétons et 10.000 en cyclistes.

Quelle évolution pour les axes routiers ?

Idea Fondation confirme que plusieurs projets autoroutiers sont dans les cartons qui permettraient donc de faciliter l’accès au Luxembourg notamment l’utilisation de la voie de secours de l’autoroute belge E411, le projet de voies de covoiturage côté luxembourgeois sur l’A6 (Belgique) et l’A3 (France), ainsi que la création d’une troisième voie dédiée sur l’A31 française, ou encore la multiplication des parkings relais.

Lire : la moitié des frontaliers met plus d’une heure pour venir travailler au Luxembourg

Lire Quelles sont les voitures ou marques les plus volées ?

Ailleurs sur le web