Des trains plus rapides et plus fréquents entre la Belgique et le Luxembourg
logo site
icon recherche
INFO FLASH
Le diesel fait le yoyo au Luxembourg : baisse prévue ce vendredi
Mobilité

Des trains plus rapides et plus fréquents entre la Belgique et le Luxembourg

Grâce à une nouvelle tension électrique sur la ligne 162 entre la Belgique et le Luxembourg, de nouvelles options vont se présenter pour les frontaliers belges qui prennent le train vers le Grand-Duché.

Publié par Pauline Dechanet le 31/08/2022
comments1 commentaire

De nombreuses suppressions de train à prévoir jeudi 29 septembre.
Les frontaliers belges pourront bientôt profiter de trajets en train plus rapides pour aller travailler.

Infrabel, la société belge responsable de l’entretien et du développement de l’infrastructure ferroviaire, a inauguré le vendredi 26 août dernier à Heinsch sa sous-station de traction : une source d’alimentation principale en 25 000 volts pour la ligne 162 reliant Namur à la commune frontalière de Sterpenich.

Cette inauguration est extrêmement importante pour les frontaliers qui prennent tous les jours le train, depuis la Belgique, en direction du Grand Duché. Mathieu Rosion, ingénieur chef de projet chez Infrabel précise que « jusqu’à présent, le sud de la ligne 162 était alimenté en 3 000 volts continus. La décision a alors été prise de changer la tension et de passer en 25 000 volts alternatifs pour avoir une puissance électrique disponible plus importante. Cette opération permettra à la SNCB de faire rouler des trains plus rapides, plus nombreux et même plus lourds au niveau des marchandises».

Lire Éboulement d’un tunnel ferroviaire : quelles conséquences sur la ligne 10 ?

Des trains plus rapides et plus fréquents

Ces travaux de modernisation des équipements et surtout des voies ont permis d’augmenter la charge, la vitesse et la fréquence de circulation des trains sur cette ligne très empruntée. Ce qui permet « une plus grande flexibilité au niveau de la circulation des trains et l’utilisation de trains plus lourds et cela à une vitesse plus élevée » sur ce tronçon de 66 km.

Des réfections et rénovations au niveau de certains ponts et tunnels ont également été réalisés.

Désormais, certains trains pourront, à terme, circuler jusqu’à 160 km/h sur cet axe comprenant les lignes 161 (Ottignies – Namur) et 162 (Namur-frontière). D’après Infrabel (en charge de l’infrastructure belge), ce changement représente un gain de temps de 20 minutes. Un trajet Luxembourg-Bruxelles représentait jusqu’ici un peu moins de trois heures.

Un investissement et des travaux de modernisation qui ont su réjouir François Bausch, ministre luxembourgeois de la Mobilité qui salue cette initiative : « Je ne peux que féliciter les amis belges d’avoir fait cet investissement ». « Cela va permettre d’augmenter la capacité sur ce tronçon. On va ainsi avoir de nouvelles options pour les frontaliers belges. On pourrait ainsi prolonger certains trains CFL au-delà d’Arlon en direction de Stockem, une région où se trouvent beaucoup de frontaliers belges ».

Lire Luxembourg : une bonne qualité de l’air recensée

150 millions d’euros de travaux

Ce basculement en 25 kV, le Luxembourg l’a déjà entièrement fait sur son réseau en 2018. Ce qui n’est pas le cas du côté de la Belgique. Les équipes d’Infrabel et sa filiale TUC Rail ont lancé un chantier colossal en 2010 pour réduire le temps de trajet entre les deux pays voisins, notamment en passant par la réélectrification. Coût total de l’opération côté belge : environ 150 millions d’euros, dont une trentaine de millions provenant de fonds européens.

Lire Où vivent les Luxembourgeois à l’étranger ?

Retrouvez-nous sur

Ailleurs sur le web

Travolten
4 messages
Il y'a 5 mois

Et pour le trajet Liège-Luxembourg, on reste à 3 heures de trajet aller-simple ?  Les frontaliers ne viennent pas tous de Namur...