Mon compte

Info Flash & Trafic

Faut-il craindre les vélos chinois ?

Des députés luxembourgeois s’inquiètent d’une possible invasion de vélos mis en libre service, par des sociétés chinoises plus préoccupées de collecter les données de leurs clients que par le principe de mobilité douce.

Faut-il s’attendre à une invasion de vélos chinois au Grand-Duché ? Une question que Serge Wilmes et Laurent Mosar, deux députés CSV, ont récemment posée aux ministres en charge des Communications et des Médias (Xavier Bettel), de l’Economie (Etienne Schneider), du Développement durable et des Infrastructures (François Bausch).

Tout est né d’un article paru début août dans le quotidien allemand Die Zeit, intitulé “L’invasion des vélos chinois”. Le journaliste y décrit la stratégie de sociétés asiatiques spécialisées dans la mise en libre-service de deux-roues.

Le principe est simple : le retrait s’effectue via l’application mobile du fournisseur, en scannant un code QR situé sur le vélo. La location coûte environ deux euros l’heure. Une fois la course terminée, pas besoin de ramener le cycle à une station de dépôt : on le laisse, tout aussi simplement, sur place.

Amas de vélos dans les rues

D’abord séduites par le concept, plusieurs villes européennes et asiatiques, ont vite déchanté : les vélos s’entassent partout dans les rues et les parcs ou sont encore jetés dans les rivières. Dans la cité chinoise de Shenzhen, ce sont des amas de cycles de plusieurs mètres de haut, que les autorités doivent régulièrement déblayer.

Cette déferlante de “tas de ferraille- dénoncée par les habitants de Zurich, Londres et Rotterdam, ou encore par les presses locales - ne freine pas les appétits. Les sociétés chinoises Yobike et Mobike, oBike (Singapour), ainsi que GobeeBike (Hongkong), font le forcing pour s’implanter toujours plus en Allemagne notamment, rapporte Die Zeit.

Des coups de pédales qui rapportent

Ce qui intéresse ces dernières ? Certainement pas la mobilité douce, explique le journal de Hambourg. Mais bien la manne des données qu’elles peuvent ainsi collecter massivement via la location et l’utilisation des vélos, puis monétiser.

Leurs accords de confidentialité précisent d’ailleurs que les informations personnelles des clients et celles liées à leurs déplacements sont entièrement transmises aux partenaires commerciaux. Ainsi, les restaurants peuvent notamment savoir qui se rend à vélo dans leur établissement, combien de temps ces visiteurs y sont restés et quand ils ont redémarré.

Un appétit pour la data confirmé par les stratégies des investisseurs derrières ces sociétés de location de cycles. À l’exemple de la startup qui développe mobike : en octobre 2016, celle-ci a reçu un financement de 100 millions de dollars de la part de Tencent, un groupe chinois basé à Shenzhen et spécialisé dans les services Internet et mobiles, ainsi que dans la publicité en ligne.

Ce dernier possède entre autres WeChat, une application mobile de messagerie textuelle et vocale prisée en Chine (plus de 600 millions de membres à travers le monde, selon le site Texnode), ou encore Qzone, un site chinois de réseau social. Des coups de pédales qui rapportent, donc.

Inquiétude des députés luxembourgeois

Suite à cet article, les deux députés ont donc interpellé les ministres concernés. En leur posant, en substance, ces quatre questions :

  • "Le gouvernement est-il au courant de ces problématiques soulevées par le quotidien allemand ?"
  • "De telles sociétés se sont-elles portées candidates auprès du Luxembourg; y sont-elles déjà établies ?"
  • "Existe-il une possibilité au Grand-Duché de refuser préalablement toute demande d’autorisation de la part de ces sociétés ?"
  • "Quels seraient les autres moyens possibles pour empêcher ces sociétés d’inonder les villes luxembourgeoises avec leurs vélos ?"

Les ministres ont un mois de temps pour y répondre. Affaire à suivre...

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Mobilité

Info Flash & Trafic

X
X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies