Mon compte

Grève SNCF : les associations de voyageurs annoncent un « billet de grève »

L’AVTERML, comme une vingtaine d’autres associations d’usagers en France, ont décidé de passer à l’action, ce jeudi, pour dénoncer l’actuelle situation du trafic ferroviaire.

Les associations de voyageurs enclenchent la riposte. Une dizaine de jours après le début de la grève perlée des cheminots, une vingtaine de représentations d’usagers, sous l’égide de la Coordination Nationale des Collectifs et Associations d'Usagers du Train (CNCAUT), déclenchera une série d’actions à partir de jeudi.

Celles-ci dénonceront "la dégradation continue du service ferroviaire, la non-consultation des associations d’usagers dans le cadre de la réforme ferroviaire, et les effets de la grève perlée des syndicats."

Leitmotiv de la contestation « Et l’usager dans tout ça ? ». "Nous voulons dès aujourd'hui la prise en compte de notre réalité quotidienne", précise encore le communiqué. Les collectifs réclament par ailleurs "le remboursement total du forfait au nombre de jours ouvrés de grève." Une pétition a déjà été lancée en ce sens et recueille à ce jour 5.000 signatures.

« Si on doit en arriver là, qu’il en soit ainsi »

Contacté par lesfrontaliers.lu, le secrétaire général de l’Association des Voyageurs du TER Metz-Luxembourg (AVTERML), Henry Delescaut, a précisé la nature de cette mobilisation à l’échelle nationale.

Dans un premier temps, les quelque 300 adhérents de l’AVTERML porteront un badge identifiable et s’astreindront à "un billet de grève." Celui-ci se caractérisera par "le refus de présenter nos titres de transport lorsqu’ils nous seront demandés par les contrôleurs. Bien sûr, il y aura une feuille de route qui précisera que c’est aux risques et périls de l’adhérent."

Sous-entendu que le contestataire s’exposera théoriquement à une contravention ou à un débarquement par la police. "Si on doit en arriver là, qu’il en soit ainsi."

Les billets qu'arboreront les adhérents

"On comprend les revendications des cheminots"

Le secrétaire regrette de n’avoir nullement été concerté par le gouvernement "ni même la FNAUT alors que nous sommes en première ligne", tout autant que les moyens d’actions employés par les grévistes. "On comprend les revendications des cheminots à propos de leur statut et on comprend également qu’ils veuillent, selon leurs dires, défendre le service public. Même si paradoxalement, ils le détruisent momentanément. On leur avait pourtant soumis l’idée d’arrêter les contrôles de billets."

M. Delescaut précise par ailleurs que ces actions se tiendront les jours de non-débrayage des cheminots et pour une durée pour l’instant indéfinie.

Dites ce que vous pensez de cette grève perlée.

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Mobilité

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez toutes les informations de lesfrontaliers.lu, toutes les semaines dans votre boite mail !

Info Flash & Trafic

Concours

Pas de concours pour le moment.
X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies