icon recherche
Mobilité

L’A6 aura sa voie de covoiturage

Le projet-pilote pour le covoiturage entrepris sur l’E411 et opérationnel depuis peu sera prolongé côté luxembourgeois d’ici 2023. Une phase de test est prévue pour la mi-juin.

Publié par Romain S. le 07/05/2019 | 2.031 vues
comments2 commentaires

La voie réservée au covoiturage sur l'E411 belge sera prolongée sur l'A6 luxembourgeoise d'ici 2023.

Le long ouvrage de l’E411 s’est achevé le 1er mai dernier. La portion de 11 km entre Arlon et Sterpenich a été entièrement réhabilité et fait office de projet-pilote pour le covoiturage.

La bande d’arrêt d’urgence peut désormais être empruntée, en cas d’embouteillage, par les véhicules comptant au minimum trois passagers à bord. Le but étant de désengorger la voirie.

Lire : E 411 : une « autoroute unique » pour le covoiturage

La possibilité d’un accord entre la région wallonne et le gouvernement luxembourgeois pour prolonger le concept après la frontière a longtemps été évoqué.

Lundi, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, François Bausch, l’a confirmé lors d’une conférence de presse.

L’A6 aura bel et bien aussi sa voie de covoiturage. « Aux heures de pointe, pas moins de 150.000 sièges de voiture se déplaçant en direction du centre-ville sont vides, a-t-il justifié. L’objectif consistera à permettre à un maximum de personnes de se déplacer mais dans moins de véhicules, ceci via le covoiturage. »

Sur 6,5 km, jusqu’au Kirchberg

Le tronçon concerné s’étendra sur 6,5 km, de la frontière belgo-luxembourgeoise jusqu’au Kirchberg. Les systèmes de surveillance sont actuellement en cours d’évaluation.

Coté belge, il s’agit de caméras infrarouges permettant de détecter le nombre de personnes dans les voitures.

Neuf aires de refuge seront par ailleurs disposées le long de l’autoroute (tous les 500/1.000 mètres) tandis que l’échangeur de Steinfort sera réaménagé.

Pour évaluer l’efficacité du dispositif, une phase de test est prévue sur l’A6 à compter de la mi-juin et jusqu’aux vacances d’été.

Durant cette période, la vitesse maximale autorisée sur la portion de l’autoroute concernée sera rabaissée à 90 km/h pendant les heures de pointe.

Les informations quant à la modulation de la vitesse seront indiquées via les panneaux autoroutiers en temps réel.

Quant aux travaux, évalués à 60 millions d’euros, ils devraient démarrer en 2021 et durer deux ans.

Lire : Un chantier d’an et demi va débuter entre Arlon et Steinfort

Ailleurs sur le web

grizou_1
1 messages
Il y'a 6 mois

Comme cela ralentis tous les matins principalement au niveau de la frontière, je crains que cela ne soit pas d'une grande efficacité tant qu'elle ne sera pas prolongée sur le territoire Grand-Ducal.
Nos décideurs auraient aussi été plus inspirés de concevoir cette troisième voie plus large pour y faciliter la circulation de bus au lieu de plus étroite et d'y circuler à vitesse réduite.
Egalement de prévoir des aires de stationnement au début ou à proximité de cette nouvelle voie destinée au covoiturage.
A quand l'interdiction de circuler aux poids lourds aux heures de pointe, mesure simple et probablement plus efficace ?
Mais bon...

quidam22
16 messages
Il y'a 5 mois

Quel bétise, on ferait beaucoup mieux d'investir dans l'extension des P+R aux abords des gares.
Donner de l'infrastructure aux voitures, c'est faire un appel de voitures.  La même congestion se reproduira 6 mois plus tard.  Il y aura simplement plus de pollution...