icon recherche
Mobilité

Plus aucun radar fixe fonctionnel dans le Nord mosellan

Sale temps pour les radars du secteur thionvillois. Tous ont en effet été vandalisés rapporte le Républicain Lorrain.

Publié par Romain S. le 13/02/2019 | 2.257 vues

Les deux radars situés sur pont de Beauregard à Thionville (A31) sont hors service.

Début janvier, le ministre de l’Intérieur français, Christophe Castaner, indiquait que 60 % des radars fixes du territoire avaient été vandalisés. Soit près de 2.000 exemplaires.

Pour la première fois, en outre, il liait ce vandalisme anti-boîtier au mouvement des gilets jaunes en qualifiant les responsables des dégradations « d’imbéciles, d’inconscients, d’inconséquents. »

Lire : Un premier radar-tronçon au Luxembourg

Les radars sont en effet devenus, depuis le l’acte premier du mouvement le 17 novembre, le symbole de la contestation.

Endommager un radar peut coûter très cher

Le Nord mosellan n’a pas échappé à la tendance nationale. Pire, selon le comptage du Républicain Lorrain, plus aucun radars fixes de la zone n’est fonctionnel à ce jour.

Et le quotidien de citer les flasheurs concernés, à savoir :

  • Ceux sur le pont de Beauregard (dans les deux sens) sur l’A31 ;
  • Celui sur l’A30 près de la sortie Hayange (sens Longwy-Metz) ;
  • Ceux, dans les deux sens, implantés sur la D654, route pour rallier Sierck-les-Bains ;
  • Ceux situés dans le Saint-Michel, également dans les deux sens ;
  • Le « super-radar » sur la route d’Arlon n’a quant à lui toujours pas eu le temps d’être mis en service.

Lire : La « Rolls-Royce des radars » débarque près d’Arlon

Pour rappel, l’endommagement d’un radar peut être sanctionné d’une amende de 30.000 euros et de deux ans d’emprisonnement. Sa destruction peut elle entraîner une peine de prison de cinq ans, couplée à une amende de 75.000 euros.

Lire : La Belgique, pays qui compte le plus de radars au km2

Ailleurs sur le web