Mon compte

Un café-débat sur la mobilité transfrontalière

La mobilité transfrontalière sera abordée le 18 septembre à la Kulturfabrik. Une fenêtre de discussion avec des intervenants en lien direct avec la thématique et où tout le monde est le bienvenu pour donner son point de vue.

Après les débats autour des prix exorbitants de l’immobilier au Grand-Duché et sur la corrélation entre monoparentalité et précarité au pays, le Luxembourg Institute of Soci-Economic Research (Liser) poursuit sa série de cafés-débat étalonnés sur un an.

Lors du prochain rassemblement, le troisième des huit programmés, le Liser met au centre de la conversation un sujet que les navetteurs prennent sans doute très à cœur, la mobilité transfrontalière.

« Mobilité quotidienne transfrontalière, entre stress et résignation », voilà l’intitulé complet de l’événement qui se tiendra à la Kulturfabrik d’Esch-sur-Alzette le 18 septembre prochain à 18h30.

 

Plus que l’éternelle rengaine des embouteillages au sens propre, les intervenants aborderont les conséquences extra-professionnelles du difficile trajet pour se rendre au Luxembourg tous les jours.

Stress quant à la ponctualité, incidence sur l’organisation du quotidien, de la vie familiale et sociale… Tous ces points seront explorés au travers d’exemples de frontaliers qui, pour une grande majorité, parcourt de grandes distances pour aller travailler.

Les outils pour tenter de pallier à cette problématique qui tend à empirer plutôt que l’inverse seront eux aussi discutés. Les CoPilote, tramway, applications permettant de s’informer des conditions de trafic en temps réel feront partie de la discussion, qui, comme toutes celles organisées par le Liser dans cette formule, sera ouverte au public.

Ce jour-là, la table ronde comptera sur la présence de :

  • Olivier Klein, chercheur au Lisser ;
  • Marie-Josée Vidal, conseillère gouvernementale au ministère du Développement durable et des Infrastructures (département de l’aménagement du territoire) ;
  • Michèle Detaille, vice-présidente du Fedil ;
  • Un représentant de l’Association des Voyageurs du TER Metz-Luxembourg (AVTERML) ;
  • Lucien Piovano, maire d’Audun-le-Tiche ;
  • Hubert Gamelon, journaliste à Le Quotidien et par ailleurs modérateur du débat.

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Portrait de xanazorfa

Ce sera encore un débat sans fin, aucune infrastructure ne sera mise en place en Belgique, France, nos Guignols des deux pays sans contre fiche de cela, ils disent ils n'ont qu'a rester travailler dans leurs pays d'origine ... CQFD

 

 

 

Portrait de emmanuel_verpoort

Une grosse farce la mobilité. Après 2 mois de travaux aux voies entre Arlon et Luxembourg je prends à nouveau le train pour aller travailler. Pas le choix car prendre la voiture est impossible sous peine de rester bloqué pendant des heures à cause des travaux qui n’ont aucun sens car prévus pour ajouter des voies là où ça ne bloque pas et de créer un goulot d’étranglement au poste de douane de Sterpenich. Vous voulez que nous parlons de mobilité. Ce matin après avoir quitté Arlon nous avons attendu 15 min à Kleinbettingen pour entendre qu’il fallait changer de train car celui ci ne continuait plus. Résultat 30 min de retard ce matin. Ce soir le train de 20h10 a tout simplement été annulé....sans raison. Il a fallu attendre 21h10 pour le prochain train..... Vous voulez parler de mobilité ?? Quelle mobilité ??? Qui est responsable pour ce chaos ??

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Mobilité

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez toutes les informations de lesfrontaliers.lu, toutes les semaines dans votre boite mail !

Info Flash & Trafic

X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies