Pourra-t-on bientôt se dépister du Covid-19 avec son smartphone ?
icon recherche
Santé

Pourra-t-on bientôt se dépister du Covid-19 avec son smartphone ?

Equipée d'un smartphone, d'une clé USB et d'une bandelette de détection, en dix minutes, et sans bouger de chez soi, une personne pourra savoir si elle est ou non contaminée par la Covid-19.

Publié par Chrystelle Thevenot le 03/03/2021 | 1.529 vues

Dépistage Covid-19 smartphone
Dépistage Covid-19 smartphone

Des chercheurs en France oeuvrent à la mise au point d’un test à faire directement via son téléphone portable avec l’aide d’un professionnel.

Interrogée par franceinfo, une des chercheuses a confirmé que ce système reposait sur un téléphone portable au bout duquel une clé USB était connectée : “Une petite bandelette est ensuite ajoutée sur laquelle le patient a placé une goutte d’échantillon. Le prélèvement réalisé est, pour le moment, nasopharyngé avec l’aide d’un professionnel. Sur le récepteur, un capteur récupère les molécules virales, la protéine de Spike est celle qui est reconnue par le dispositif et qui modifie alors le signal électrique”.

Une courbe s’affiche sur l’écran et indique alors le résultat, pour le moment, c’est à un professionnel de l’interpréter pour prendre connaissance d’une éventuelle contamination.

Lire Les vaccins contre le Covid-19 sont efficaces

Les chercheurs sont en train d’améliorer la procédure et si tout va bien il sera possible de faire ce test avec la salive.

Lire Covid-19 : l’Allemagne devrait proposer des auto-tests à un euro

La commercialisation

Des tests cliniques ont été réalisés et le dispositif pourrait être opérationnel dans quelques semaines. La scientifique assure que les résultats des concordances avec des tests PCR négatifs et positifs est de 88%.

Lire Covid-19 : Ne laissez pas tomber les masques !

Recherche d’un industriel

Afin de le diffuser au grand public, ce dispositif doit maintenant être mis en place en collaboration avec un industriel afin de le développer à plus grande échelle : “On a quelques pistes en France et on espère vraiment que cela va se concrétiser rapidement parce que l’enjeu est important. Nous n’avons pas encore pris contact avec le gouvernement, mais si nous ne trouvons pas d’industriel nous prendrons contact avec lui” conclut Sabine Szunerits, attachée à l’Institut d’électronique de microélectronique et de nanotechnologie.

Sur le même sujet

Lire Nord de la Meurthe-et-Moselle : port du masque obligatoire à partir du 2 mars

Ailleurs sur le web