Romain Schneider : “L’absentéisme au Luxembourg coûte 900,8 millions d’euros”
logo site
icon recherche
Santé

Romain Schneider : “L’absentéisme au Luxembourg coûte 900,8 millions d’euros”

Le rapport du gouvernement au Luxembourg sur le taux d'absentéisme est sans appel : il est en hausse et coûte cher. Il semblerait que l'on soit plus absent dans les transports que dans le domaine de la finance...

Publié par Chrystelle Thevenot le 23/11/2021 | 3.965 vues
comments1 commentaire

Ministre de la sécurité sociale
Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale

Le bilan de l’année 2020 montre que la crise sanitaire causée par la pandémie de Covid-19 a provoqué une augmentation inédite du taux d’absentéisme* qui est passé de 3,88% en 2019 à 4,58% en 2020 (+17,8%) au Luxembourg.

L’ampleur de cette augmentation se retrouve aussi bien dans l’évolution du taux de courte durée (absences de moins de 21 jours) que dans celle du taux de longue durée.

Covid-19 et mesures du gouvernement

Parmi les principaux facteurs figurent ceux qui relèvent directement de la maladie induite par le coronavirus (mesures de quarantaine et d’isolement, symptômes de la maladie, gestes barrières, incertitudes sur l’évolution de la pandémie, etc.) ainsi que les mesures mises en œuvre par le gouvernement en vue de contrer la propagation du virus (mesures de chômage partiel, congé pour raisons familiales (CPRF) et généralisation du télétravail).

Décomposition de la progression du taux d’absentéisme entre 2019 et 2020

2019 2020 Variation
Durée moyenne des épisodes d’absence 7,55 jours 9,74 jours +28,90%
Part des salariés absents au cours de l’année 55,8% 56,5% +1,20%
Nombre moyen d’épisodes par salarié absent 2,93 2,7 -7,9%
Nombre moyen de jours d’occupation par salarié 318 jours 324 jours +2%
Taux d’absentéisme 3,88% 4,58% +17,80%

Plus absent dans les transports que la finance

Le taux d’absentéisme se situe entre 2,29% dans le domaine de la finance et de l’assurance et 6,15%  dans le secteur de la santé humaine et action sociale. Par ailleurs, à l’exception des activités financières et d’assurance, dont le taux a diminué de près de 12%, tous les secteurs ont vu leur taux augmenter.

La part des salariés absents au moins une fois en 2020 varie de 46% dans l’information et la communication) à 75% dans la santé humaine et l’action sociale.

Le nombre moyen d’épisodes de maladie est, quant à lui, compris entre 2,3 (Activités financières et d’assurance) et 3,34 (Santé humaine et action sociale). La durée moyenne des absences se situe, quant à elle, entre 6,8 jours (Activités financières et d’assurance) et 13 jours (Transport).

Taux d’absentéisme selon le secteur d’activité17 en 2019 et 2020

3,1% de la rémunération totale des salariés 

Le coût direct de l’absentéisme, qui se compose du montant de la continuation de la rémunération en cas de maladie à charge des employeurs (13 premières semaines) ainsi que de la somme des indemnités pécuniaires versées par la Caisse nationale de santé (CNS), passe, entre 2019 et 2020, de 775,3 millions d’euros à 900,8 millions d’euros (+16,2%), représentant ainsi 3,1% de la rémunération totale des salariés.

Les pays frontaliers n’y échappent pas !

Les dépenses de protection sociale en matière de maladie et de soins de santé en pourcentage du PIB ont augmenté dans tous les États membres de l’UE en 2020. Avec la crise sanitaire, elles ont explosé, c’est le constat fait par l’étude menée par Eurostat.

Parmi les États membres pour lesquels des estimations pour 2020 sont disponibles, les dépenses de protection sociale en matière de maladie et de soins de santé en pourcentage du PIB étaient les plus élevées en Allemagne (11,2% du PIB), en France (10%) et en Belgique (8,8%).

Protection sociale et soins de santé

 

Nota bene
* Absentéisme : nombre de jours d’absence rapporté au nombre de jours d’occupation

Lire Faites votre déclaration fiscale au Luxembourg et recevez votre décompte 15 jours après !

 

 

 

Ailleurs sur le web

Raiisin
126 messages
Il y'a 2 semaines

Ce qui est parfaitement logique. Les activités non-télétravaillables sont plus touchés par une absence cas-contact/COVID étant donné que ça monte automatiquement à 7/10/14 jours leurs absences (=> rester à la maison).
Les activités en télétravail si on est cas-contact/COVID on a la possibilité via l'organisme de sécu d'avoir 7/10 jours d'arrêt maladie le temps de se remettre mais la plupart des gens prennent 2j max d'absence le temps de se remettre, le reste c'est télétravail...