icon recherche
Santé

Un deuxième cas mondial de rémission au VIH

Le « patient de Londres » ne présente plus de charge virale depuis 18 mois alors qu’il a stoppé tout traitement pour soigner l’infection.

Publié par Romain S. le 06/03/2019 | 1.052 vues

Comme le "patient de Berlin", celui de Londres a bénéficié d'une greffe de moelle pour traiter une maladie du sang.

Après le « patient de Berlin », le « patient de Londres » ? La nouvelle venue de la capitale britannique et publiée dans la revue Nature, fait en tout cas naître sérieux espoir pour les personnes atteintes du sida.

Séropositif depuis 2003, un patient dont l’identité n’a pas été révélée, est en rémission prolongée depuis 18 mois. Aucun traitement ne lui a été prodigué durant cette période et aucune charge virale n’a été détectée.

Lire : Un médicament pour l’eczéma efficace contre… la calvitie

Le précédent Brown

Les médecins lui ont d’abord prescrit un traitement classique il y a 16 ans, à base d’antirétroviraux. Le tournant est sans doute survenu en 2016 lorsqu’il a subi une greffe de moelle pour soigner un lymphome de Hodgkin, une maladie du sang. La moelle a été prélevée sur un donneur avec une mutation rare du gène CCR5, sur lequel se fixe le virus du sida.

C’est le deuxième cas semblable observé au monde, dix ans après Timothy Brown, seul patient connu à avoir guéri du sida.

Dans le cas du « patient de Londres », les spécialistes estiment qu’il est encore trop tôt pour parler de guérison. Mais le précédent Brown et l’évolution de la santé de la personne infectée et soignée à Londres est de bon augure.

Lire : Vos prises de sang au Luxembourg 

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Ailleurs sur le web