icon recherche
Santé

Une semaine de dépistage du VIH gratuite au Luxembourg

Entre le 23 et le 30 novembre, la Croix-Rouge et le ministère de la Santé proposent de faire des tests rapides, gratuits et anonymes de dépistage du Sida. L’opération commencera le 23 novembre aux Rives de Clausen.

Publié par Romain S. le 22/11/2018 | 267 vues

Au Luxembourg, 1.000 personnes vivent avec le HIV, dont 20 % qui ne sont pas au courant.

Un peu plus de 1.000 personnes sont atteintes du VIH au Luxembourg et 20 % d’entre elles ne sont pas au courant qu’elles portent le virus.

En France, on dénombre quelque 153.000 individus séropositifs dont 25.000 qui n’en ont pas conscience.

Malgré les campagnes de sensibilisation à la maladie sexuellement transmissible, de nouvelles contaminations sont enregistrées chaque année.

C’est pourquoi, le service HIV Berodung de la Croix-Rouge et le ministère de la Santé s’associent à l’occasion de la Semaine européenne du dépistage, en organisant une semaine de dépistage gratuit et anonyme au Luxembourg.

A la gare de Luxembourg le 26 novembre et le 1er décembre

Entre le 23 et le 30 novembre, n’importe qui pourra se présenter auprès du Dispositif d’intervention mobile pour la promotion de la santé sexuelle (DIMPS) de la Croix-Rouge pour y faire un test de dépistage rapide.

Le DIMPS sera ainsi présent aux Rives de Clausen à l’occasion de la Testing Week, le 23 novembre, de 21h à 23h, à la gare de Luxembourg, de 11h à 15h, le 26 novembre et le 1er décembre entre 10h et 14h.

Des tests rapides pourront également être effectués entre le 26 et le 30 novembre à la HIV Berodung, située sur le boulevard du Général Patton, entre 17h et 19h. La salle de consommation de drogues Abrigado prendra par à l’opération le 27 novembre entre 14h et 16h tout comme le Cigale le 28 novembre entre 12h30 et 14h30.

Il en sera de même dans toutes les antennes des laboratoires Pickendoheem, KetterHill, Gesondheets-Service Lëtzebuerg et Labos Réunis.

Le meilleur moyen de suivre un traitement est d’être au courant de sa séroposisitivé. D’autant que les moyens médicaux actuels permettent, s’ils ont appliqué précocement, d’avoir une vie sexuelle semblable à celle des personnes séronégatives et d’avoir des enfants non contaminés.

Plus d’infos sur www.croix-rouge.lu et www.dimps.lu

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Commentaires Réagir à cet article

Ailleurs sur le web