icon recherche
Société

Artisanat : pourquoi nos pays voisins ont-ils la cote ?

Les entreprises luxembourgeoise exportent surtout dans la Grande région, et d'autres pas du tout. Quelles en sont les raisons ? Qu'en est-il pour les pays plus éloignés ? 

Publié par Chrystelle Thévenot le 03/10/2019 | 780 vues

La chambre des métiers du Luxembourg a présenté les conclusions d’une étude intitulée “Handwierk goes international”.  Les résultats sont encourageants en matière de stratégies vers l’international des entreprises artisanales, que ce soit en Grande Région ou au-delà.
Le bilan démontre que les marchés étrangers est au centre des intérêts des chefs d’entreprise : 2 sur 5 des entreprises participantes sont actives à l’étranger, et ce majoritairement dans les secteurs de la «construction» (73%) et de la «mécanique» (14%).

Ainsi, la majorité des entreprises artisanales concernées, est synonyme d’activités sur les marchés transfrontaliers de la Grande Région. Ces «micro-exportations», comme certains les appellent sont vers la Belgique (37%), la France (30%) et l’Allemagne (27%), qui représentent les marchés-cibles les plus attractifs.

Quelles sont les clés du succès ?

Trois facteurs dits déclencheurs, facilitent les échanges : la proximité géographique, le constituant linguistique et la connaissance spécifique du marché.  À l’avenir, même si les PME artisanales continueront prioritairement à conquérir des parts de marchés en Grande Région, elles gardent un intérêt croissant vers les pays plus lointain, à hauteur de 8%.

Il est intéressant de noter que les relations commerciales existantes, la qualité des prestations et les produits artisanaux et enfin le service à la clientèle priment largement par rapport au prix.

Toutes les entreprises n’exportent pas

Il est à noter que si 62% des entreprises participants à l’enquête ne sont pas actives à l’international, les raisons sont multiples. 69% des entreprises disent avoir un carnet de commandes au niveau national suffisamment rempli. 39% citent la taille de l’entreprise ou le manque de capacités comme étant un frein à l’international. Seulement 32% des entreprises insistent sur les obstacles ou entraves découlant des formalités administratives étrangères.

Comment se développer à l’international ?

Le service des Affaires européennes et Grande Région offre des conseils individuels aux entreprises artisanales et réalise les formalités administratives dans la Grande Région.

La  chambre des métiers, quant-à-elle, propose un vaste réseau de conseillers externes hautement spécialisés.

YDÉ, le site qui vous aide gratuitement

Ydé (pononcez “idée”) le nouveau site dont le slogan est évocateur “Bien entouré pour réussir vos projets

À travers un ensemble complet de services gratuits et personnalisés, les conseillers YDÉ accompagnent les entreprises artisanales dans la réussite de leurs projets, selon leurs besoins et tout au long de leur cycle de vie.

Lire : Evoluez dans l’artisanat grâce à la formation continue de la chambre des métiers 

Consultez notre rubrique : La formation continue

Ailleurs sur le web