icon recherche
Société

Comment répandre la langue luxembourgeoise

La centaine de propositions déposée sur la plateforme Sproocheronn.lu sera remise au futur commissaire à la Langue luxembourgeoise.

Publié par Romain S. le 11/07/2018 | 1.665 vues

Maîtriser le lëtzebuergesch fait partie des objectifs de bon nombre de frontaliers ambitionnant une carrière sur le long terme au Grand-Duché.
Maîtriser le lëtzebuergesch fait partie des objectifs de bon nombre de frontaliers ambitionnant une carrière sur le long terme au Grand-Duché.

« Toutes ces propositions, soumises aussi bien par des Luxembourgeois que par des non-Luxembourgeois, ne témoignent pas d’un repli sur soi, mais de la volonté commune d’ouvrir l’accès à notre langue à un maximum de nos concitoyens. »

C’est en ces termes que le ministre de l’Education nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, s’est satisfait du bilan tiré par les cinq premiers mois et les forums organisés par la plateforme Sproocheronn.lu.

Lancé en février dernier, le site récolte les propositions des internautes, résidents ou non, en vue de promouvoir la langue du pays. Apprendre, travailler et vivre avec le luxembourgeois, les trois thèmes sur lesquels les citoyens sont amenés à s’exprimer, ont fait l’objet de plus d’une centaine de suggestions concrètes après que le portail a été exploré par plus de 7.000 visiteurs uniques.

Pas seulement une revendication de la part des locaux, maîtriser le lëtzebuergesch fait partie des objectifs de bon nombre de frontaliers ambitionnant une carrière sur le long terme au Grand-Duché.

 

Cafés des langues, programme de reconnaissance vocale…

Pas étonnant dès lors de pointer, parmi les soumissions, celles invitant à « créer plus d’opportunités de parler la langue pour les apprenants (café des langues, plateforme en ligne etc.) », « à développer des programmes de reconnaissance vocale en luxembourgeois » ou encore à « prévoir des formations spécifiques pour le personnel du secteur des soins et de la santé. » Ces derniers, en témoigne les portraits de Myriam, secrétaire médicale ou de Sylvie, pharmacienne, regrettent de subir régulièrement des remontrances de la part de clients natifs, et auraient tout à gagner à pouvoir communiquer dans la langue du pays.

Dans sa volonté de faire perdurer le dialecte, le gouvernement a tout intérêt à s’appuyer sur les navetteurs, qui pour beaucoup, n’en demandent pas moins. Un deal gagnant-gagnant en somme, d’autant que le luxembourgeois n’a jamais compté autant de locuteurs.

Des demandes ont également été formulées pour rendre la langue plus systématique dans les médias, les documents administratifs, les communications communales tout comme sur les panneaux routiers, que les frontaliers encore une fois, ont tout loisir de lire.

Les propositions retenues seront compilées dans un programme citoyen que le futur commissaire à la Langue luxembourgeoise, nouveau poste unanimement réclamé par le Parlement, utilisera dans sa mission de promoteur.

Elles seront aussi prises en compte dans le plan pluriannuel sur 20 ans visant à faire rayonner le lëtzebuergesch.

Lire également : Le luxembourgeois, dernier de cordée

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Commentaires Réagir à cet article

Ailleurs sur le web

ninclud
143 messages
Il y'a 4 mois

Ouvrez les écoles Luxembourgeoises aux enfants de frontaliers!

bouclesbrunes
95 messages
Il y'a 4 mois

Mes employeurs n'ont pas apprécié plus que ça que j'apprenne leur langue, parce que du coup, je comprenais ce qu'ils disaient entre eux...Leur commentaire : vous auriez plutôt dû apprendre le serbe.

Quant à ouvrir les écoles aux enfants de frontaliers, pourquoi pas, je tiens cependant à faire part d'un exemple concret : ma collègue luxembourgeoise d'Esch a ses enfants à l'école du brill, et ils reviennent en parlant portugais. je pense que ça donne à réfléchir.

On peut me jeter des pierres, ce n'est que la vérité....

mikylux
188 messages
Il y'a 4 mois

@ bouclesbrunes

Au Luxembourg, surtout pour des enfants, il n'est pas anormal de parler plusieurs langues! En fin d'études (18-19 ans), les enfants scolarisés au Luxembourg parlent normalement Luxembourgeois, Allemand, Français et Anglais + éventuellement la langue de leurs parents ou de leur copains/copines portugais(es), italien(ne)s ou ex-yougoslaves.

Dans un pays ou près de 50% des habitants ne sont pas Luxembourgeois ("souchiens" comme disent les Français), parler plusieurs langues peut toujours être utile!

Arrivés au Grand-Duché par hasard (je sais: personne ne  me croit! Par suspicion! Tant pis pour eux!), nous avons décidé de nous naturaliser Luxembourgeois (à l'époque, sans double nationalité) après avoir entendu notre fils de 4 ans rêver dans son sommeil en parlant Luxembourgeois!!!

Comme immigrés de première génération, nous pensions que nos enfants devaient "s'intégrer" ou "s'assimiler" d'avantage, en toute logique. Je reste un "ancien Belge" francophone, mes enfants sont de vrais Luxembourgeois!

Francais du Lux
123 messages
Il y'a 4 mois

Ce sont les français blancs qui sont traités de "souchiens" par des gens de couleur en France... vous confondez tout là!

"Personne ne me croit" c'est un comble ça... je suis français, je vis à lux-ville depuis 40 ans, par fainéantise je ne parle que deux langues "français anglais" mes deux enfants parlent cinq langues... tout le monde me croit, car... je ne suis pas le seul au Grand Duché.

Bonne journée.