D’assistante sociale en Belgique à frontalière au Luxembourg, le changement de vie d’Elisa
logo site
icon recherche
Société

D’assistante sociale en Belgique à frontalière au Luxembourg, le changement de vie d’Elisa

Elisa a suivi des études en Belgique pour devenir assistante sociale où elle a fait ses premières armes. Aujourd'hui, elle est heureuse en tant que frontalière belge pour un employeur oeuvrant dans l'aide humanitaire internationale. Elle a accepté de confier à la rédaction des Frontaliers les raisons de son changement de vie professionnelle. 

Publié par Rose-Hélène Simon le 04/08/2022 | 4.551 vues

Elisa est heureuse aujourd'hui en tant que frontalière.

Elisa est arrivée au Luxembourg en tant que frontalière belge, il y a un peu plus d’un an. Elle a commencé sa carrière professionnelle en Belgique en 2014, après avoir obtenu son diplôme à Louvain-La-Neuve. Depuis mars 2021, elle est frontalière belge au Luxembourg. Qu’est-ce que ça a changé dans sa vie? 

Lesfrontaliers.lu : Quelle est votre formation, votre niveau d’études ?

Elisa : J’ai suivi un baccalauréat (équivalent à licence EU) en tant qu’assistante sociale à Louvain-La-Neuve (Belgique) en école supérieure.

Lesfrontaliers.lu : Quelle est votre première expérience professionnelle ?

Elisa : Après mes études, j’ai été engagée en tant qu’assistante sociale dans un CPAS (centre public d’activité sociale) à Jamoigne (située dans la province du Luxembourg). Originaire de la région, c’était assez pratique ! J’y suis restée sept mois. Ensuite, je me suis retrouvée à Liège pour des raisons privées, ville dans laquelle j’ai retrouvé un emploi dans le même domaine. J’y suis restée jusqu’en 2021.

Lesfrontaliers.lu : Étiez-vous satisfaite de votre cadre de travail, de la fonction en elle-même, de votre salaire en Belgique ?

Elisa : Oui, le travail me plaisait, le salaire et le cadre aussi. Cependant, au fil du temps, les missions sont devenues très administratives et cela a fini par devenir redondant. J’en avais fait le tour !

Lesfrontaliers.lu : Quelles raisons ont motivé votre choix de devenir frontalière au Luxembourg ?

Elisa : Je voulais me rapprocher de mes proches et de ma famille. Et puis j’ai découvert qu’il était possible de passer une équivalence de diplôme d’assistante sociale de Belgique pour le Luxembourg. (les lois sociales sont différentes d’un pays à l’autre). L’examen a duré 6 h, et je l’ai réussi ! J’ai ensuite été engagée par un employeur œuvrant dans l’aide humanitaire internationale au Luxembourg. C’était un challenge professionnel intéressant pour moi, car j’allais travailler dans le secteur « Migrants et Réfugiés ». J’ai découvert là-bas une autre façon de travailler.

Lesfrontaliers.lu : Quelle est la différence de salaire entre le Luxembourg et la Belgique?

Elisa : Me concernant, on est sur plus du double, avec les avantages !

Lesfrontaliers.lu : Aujourd’hui, avec le recul, feriez-vous marche arrière ?

Elisa : Cela fait un peu plus d’un an que j’y travaille. Et je me plais vraiment bien au Luxembourg alors non, je ne compte pas retourner travailler en Belgique pour l’instant.

N.B. Si vous souhaitez partager votre expérience, et faire partie de nos portraits, contactez-nous par mail contact@lesfrontaliers.lu

Lire : Lucien, chef d’entreprise au Luxembourg, dit « stop à l’indexation »

Retrouvez-nous sur

Ailleurs sur le web