De nouvelles aides pour les entreprises en difficulté
icon recherche
Société

De nouvelles aides pour les entreprises en difficulté

À partir du 3 août, les entreprises du commerce de détail peuvent demander une aide directe non remboursable.

Publié par Chrystelle Thévenot le 03/08/2020 | 1.295 vues

Le montant de l’aide s’élève à 1 000 euros par salarié pour le mois de juillet, 750 euros par salarié pour le mois d’août et 500 euros par salarié pour le mois de septembre.

Cette aide ne peut dépasser 50 000 euros. Une demande distincte devra être introduite pour les mois de juillet, août et septembre.

Dans notre article de juillet, la rédaction avait fait un point sur le détail des aides. 

Lire Luxembourg : de nouvelles aides pour les entreprises

Quelles sont les conditions d’obtention ?

Elle s’adresse aux seules entreprises du commerce de détail qui ont été obligées d’arrêter leurs activités en raison de l’interdiction de l’accueil de public imposée par règlement grand-ducal du 18 mars 2020 ou qui ont subi une perte du chiffre d’affaires d’au moins 50% entre le 15 mars et le 15 mai, qui n’ont pas perçu de subventions de chômage partiel pour le mois pour lequel l’aide en question est demandée et qui n’ont pas procédé à des licenciements pour motifs économiques.

Remplir un formulaire 

Le formulaire est disponible sur Guichet.lu.

Dans le secteur du tourisme, de la culture …

Les entreprises souhaitant profiter du « fonds de relance et de solidarité » peuvent également introduire leurs demandes sur Guichet.lu.

Les entreprises des secteurs du tourisme, de l’évènementiel, de la culture et du divertissement qui subissent une perte du chiffre d’affaires durant les mois de juin à novembre 2020 d’au moins 25% par rapport à la même période de l’année 2019 peuvent bénéficier d’une aide mensuelle non remboursable dont le montant est calculé sur base du nombre de salariés et de travailleurs indépendants de l’entreprise.

L’entreprise reçoit ainsi 1 250 euros par salarié et indépendant actif, tandis que ce montant s’élève à 250 euros par salarié qui se trouve au chômage partiel complet durant le mois pour lequel l’aide est sollicitée.

Lire
Redressement judiciaire : les salariés frontaliers de chez Camaïeu (ré)agissent…
Plan social de la crèche l’Abeille : plus de 50% des salariés licenciés sont des frontaliers
Entreprise Guardian : plan social ou pas plan social ?

Ailleurs sur le web