Des frontaliers prennent des risques pour ramener du tabac en France
icon recherche
Société

Des frontaliers prennent des risques pour ramener du tabac en France

Ils sont finalement nombreux à ramener du tabac du Luxembourg vers la France. Pas de contrôles aux frontières, les quantités sont donc sans limite. Et pourtant, la loi est stricte. Témoignages.

Publié par Chrystelle Thevenot le 17/02/2021 | 6.774 vues
comments1 commentaire

Laure, 50 ans est frontalière française. Elle est rédactrice au Luxembourg depuis un an. Le mercredi, c’est le jour des enfants. Pour Laure, c’est le jour où elle charge sa voiture de cigarettes et de tabac à rouler. Avec prudence mais sans aucune modération. Elle fume très peu mais dans son entourage, cette jeune femme dynamique est devenue « un convoyeur de fond » pour un produit de consommation devenu cher en France : le tabac.

Moitié prix au Luxembourg

Son oncle, Albert, 65 ans est un fumeur : « Il a déjà essayé d’arrêter mais c’est compliqué ». Il consomme un paquet de cigarettes par jour : « Cela représente un budget par semaine en France de près de 70 euros. Au Luxembourg, ses cigarettes sont à moitié prix. C’est une économie financière mais pas pour sa santé, je le sais », confirme-t-elle.

Prise de conscience ou pas, elle n’est pas la seule à se retrouver dans la file d’attente à l’aire de Berchem, première station service au Luxembourg après la frontière, où comme de nombreux frontaliers, elle commande son tabac.

Elle patiente avec sa liste de cigarettes dans une main, les billets de 50 euros dans l’autre. Durant le week-end, elle a collecté les commandes auprès de sa famille et de ses amis : « Beaucoup de frontaliers font ça. Ce n’est pas nouveau. De toute façon, ce n’est pas la police au Luxembourg qui va t’arrêter pour vérifier. Les cigarettes, ça rapporte de l’argent » s’amuse-t-elle.

La Citroën C8 est aménagée pour le transport du tabac

Le 8 juillet 2020, l’Assemblée nationale française avait voté un nouvel amendement. Désormais, les frontaliers français ne peuvent rentrer en France qu’avec 200 cigarettes (soit une cartouche), 100 cigarillos, 50 cigares et 250 grammes de tabac à rouler.

Lire France : les frontaliers ne pourront ramener qu’une cartouche de tabac au lieu de quatre

Laure s’accommodera donc avec la loi puisqu’elle chargera dans sa voiture près de trois cartouches de cigarettes et six paquets de tabac à rouler : « Il n’y a pas de contrôles aux frontières. Pour le moment, ça passe » rétorque-t-elle.

De toute façon, sa Citroën C8 est aménagée pour que les cartouches ne soient pas visibles. Elle les dissimulera dans le coffre, sous les sièges, sous les tapis de la voiture. Tout rentre, mais à quel prix ? Le risque de se faire « choper par la police » reste grand.

750 euros d’amende

En cas de contrôle par les douanes françaises, la personne qui transporte plus d’une cartouche de cigarettes du Luxembourg est invitée à s’expliquer sur l’usage qu’elle compte en faire. Suite à l’interrogatoire, la douane constate que cet usage n’est pas personnel mais destiné à la revente, le contrevenant encourt une amende de 750 euros, auxquels s’ajoute le paiement des taxes françaises s’il décide de conserver la marchandise (840 euros pour 20 cartouches). Le paiement de ces taxes n’est en revanche pas dû si la personne contrôlée remet la marchandise aux douanes.

Lire Un français, arrêté avec 442 paquets de cigarettes achetés au Luxembourg

200 cartouches par mois pour Sébastien

Autre lieu, autre ambiance. Située à 25 km de Thionville, la ville de Frisange au Luxembourg possède une station service très convoitée par les Français.

Sébastien, frontalier français est informaticien depuis 10 ans dans cette commune luxembourgeoise. Lui, a choisi de se démarquer. Tous les jours, il ramène une cartouche et se réjouit d’être dans la légalité.

Mais quand on fait le calcul, ce jeune homme transporte près 200 cartouches par mois : « Un peu plus parfois » note-t-il. Il pratique de nombreuses activités comme le ball-trap, le poker et avant la crise sanitaire, les soirées en boîte de nuit. Autant d’événements dans la vie de ce « fétard » qui favorisent les relations sociales : « De fil en aiguille, tu ramènes pour un, pour deux copains et puis trois…au bout du bout, ça fait une grande quantité de tabac » signale-t-il. Il assume complètement : « L’objectif est réduire le nombre de fumeurs en France en augmentant le prix des cigarettes. Comme si arrêter de fumer, ce n’était qu’un problème d’argent ». Visiblement, non !

Combien ça rapporte, combien ça coûte…

En 2020, l’industrie du tabac a rapporté au Luxembourg près de 775 millions d’euros (dont 170 millions de TVA).

France info a calculé le coût de cette addiction. Les hausses successives du coût des cigarettes ont eu un impact indéniable sur le budget des fumeurs : une personne fumant un paquet par jour depuis seulement un an a déjà dépensé 3 775 euros, contre 38 956 euros pour celle consommant autant depuis 20 ans. Un coût qui ne va pas cesser d’augmenter.

Le Luxembourg devrait donc devenir un véritable eldorado ! Contrôles aux frontières ou pas …

Lire Une luxembourgeoise écope de 2400€ d’amende en Belgique pour « mise en danger d’autrui »

Ailleurs sur le web

aneurysm
31 messages
Il y'a 2 semaines

"
Tous les jours, il ramène une cartouche et se réjouit d’être dans la légalité.
Mais quand on fait le calcul, ce jeune homme transporte près 200 cartouches par mois : « Un peu plus parfois »
"
Aaaaah, c'est vrai, quand on fait le calcul, une cartouche par jour multiplier par 200 jours ouvrables par MOIS dans une année 2880 jours :-D