En Belgique, le paiement électronique se généralise
logo site
icon recherche
Société

En Belgique, le paiement électronique se généralise

Chez nos voisins belges, deux commerçants sur dix n’acceptent toujours que le règlement en espèces. À compter du vendredi 1er juillet, ils n’auront d’autre choix que de diversifier leurs moyens de paiement.

Publié par Aymeric Henniaux le 29/06/2022 | 787 vues

L'obligation de proposer au moins un moyen de paiement électronique prend effet le 1er juillet en Belgique.
Des sanctions attendent les commerçants qui ne respecteraient pas la loi.

Avis aux Français et aux Luxembourgeois : à partir de vendredi, vous n’aurez plus besoin de retirer du cash au distributeur avant de vous rendre au plat pays, dans l’éventualité où l’une des boutiques visitées sur place n’accepterait pas la carte bancaire. Annoncée à l’automne dernier, la loi obligeant les commerçants à proposer au moins un type de paiement électronique entre en vigueur le 1er juillet.

Paiement par carte bancaire, mais pas uniquement

Si le paiement en espèces restera évidemment toujours possible pour les clients, ces derniers pourront donc désormais régler leurs achats par d’autres biais dans tous les commerces de Belgique. Plus précisément, « l’obligation concerne toutes les entreprises qui ont des relations BtoC, c’est-à-dire qui vendent des produits ou des services directement aux particuliers », précise l’UCM, l’Union des classes moyennes. On parle ici bien sûr des commerces, mais aussi des professions libérales, des associations… en clair, toute structure/entité « exerçant des activités économiques en relation avec les consommateurs ».

La carte bancaire, déjà largement utilisée, devrait selon toute vraisemblance devenir le moyen de paiement majoritaire dans le pays. Néanmoins, afin de coller aux nouvelles habitudes de consommation des clients, d’autres solutions de paiement électronique sont également encouragées (souvent moins coûteuses en termes d’abonnements ou de commission). C’est le cas des applications pour smartphone (Payconiq, Google Pay ou encore Apple Pay) ou du virement (instantané ou non).

Encourager et encadrer

Si les transactions concernant les entreprises entre elles ou entre indépendants ne sont pas concernées par la nouvelle loi, tous les autres commerces sont invités à se mettre en règle dans les plus brefs délais. Et gare aux commerçants récalcitrants : ne pas respecter la nouvelle législation pourra leur en coûter jusqu’à 10 000 euros d’amende !

Concernant l’achat d’un terminal de paiement par carte, il existe une déduction fiscale, en place jusqu’au 31 décembre 2022 : la déduction majorée pour investissement. Elle permet de retrancher de 400 à 900 euros à l’achat dudit terminal.

Retrouvez-nous sur

Ailleurs sur le web