En France, le Sénat entérine la fin de la redevance audiovisuelle
logo site
icon recherche
Société

En France, le Sénat entérine la fin de la redevance audiovisuelle

Après l’Assemblée nationale, les sénateurs ont voté cette nuit la fin de la redevance audiovisuelle. Mais qu’en est-il de cette redevance au Luxembourg et chez ses voisins ?

Publié par Aymeric Henniaux le 02/08/2022 | 961 vues

La redevance télé, c'est fini en France.
Désormais, seuls les Allemands doivent encore s'acquitter de la redevance audiovisuelle.

Promesse de campagne du président Emmanuel Macron, la redevance audiovisuelle n’est plus, l’Assemblée nationale puis le Sénat venant successivement de voter le projet de loi l’abolissant. L’occasion de faire un tour d’horizon sur la situation au Luxembourg et chez ses voisins.

3,7 milliards d’euros à trouver en France

Instaurée dès 1933 (pour les postes de radio) puis 1948 pour les récepteurs de télévision, la redevance audiovisuelle concernait en France plus de 27,5 millions de foyers (d’après les chiffres du ministère de la Culture en 2020), mais seulement 23 millions d’entre eux s’en acquittaient réellement.

D’un montant de 138 euros, elle représentait autour de 3,7 milliards d’euros par an, destinés à Radio France (France Inter, France Info, les locales de France Bleu…), France Télévisions (France 2, France 3, France 4…), Arte, France Média Monde (comprenant Radio France Internationale, France 24 et TV5 Monde) et l’INA (l’Institut national de l’audiovisuel).

Afin de compenser ce manque soudain de revenus, la nouvelle loi prévoit d’affecter une part de la TVA à l’audiovisuel public, en attendant une réforme plus approfondie sur le sujet.

Au Luxembourg et en Belgique, la question est réglée

Il n’existe pas au Grand-Duché de redevance audiovisuelle comme celle que payaient les Français, mais simplement différents types d’abonnements pour pouvoir recevoir certaines chaînes de télévision.

Chez les voisins Belges, la redevance était devenue une compétence régionale en 2002. Très vite, en Flandre et dans la région de Bruxelles-Capitale, la décision a été prise de la supprimer. Restait encore la Wallonie où les autorités l’ont maintenue jusqu’en 2018 avant à leur tour d’abolir cette taxe. Elle était alors fixée à 100 euros.

Et en Allemagne ?

Appelée « Rundfunk Beitrag » ou « Beitragsservice », la redevance allemande se destine, entre autres, à la Deutschlandradio ou encore aux chaînes de télévision ARD et ZDF. Au total, le service public de l’audiovisuel allemand regroupe plus de 20 chaînes de télé et près de 70 antennes de radio.

Outre-Rhin, cette taxe coûte 220 euros par an, soit environ 18 euros chaque mois au contribuable allemand. Elle est payée par toute personne occupant un logement, qu’elle soit locataire ou propriétaire et, surtout, qu’elle soit en possession d’un poste de radio et/ou d’une télévision ou non. Si aucune taxe n’est vraiment populaire, la redevance allemande est en tout cas particulièrement critiquée par nos voisins.

Seules quelques exceptions permettent d’y échapper : les personnes sourdes et non-voyantes n’ont par exemple pas à la payer, celles bénéficiant d’aide sociale ou encore celles dont le revenu fiscal de référence est de zéro.

Retrouvez-nous sur

Ailleurs sur le web