icon recherche
Famille

Et si les allocations familiales étaient adaptées rétroactivement à l’index ?

Deux textes ouverts aux signatures proposent, pour l'un, une mise à niveau de l'index en fonction des prix de l'immobilier, pour l'autre, une adaptation rétroactive des allocations familiales.

Publié par Romain S. le 26/09/2019 | 17.212 vues

L'adaptation rétroactive des allocations familiales à l'index permettrait d'augmenter le pouvoir d'achat selon la pétitionnaire.

Et si l’index prenait en compte le prix moyen de l’immobilier ? C’est une question qui a le mérite d’être posée surtout connaissant la problématique immobilière au Grand-Duché.

Les prix élevés, qui constituent la part la plus importante dans le budget des ménages, sont source de difficultés pour nombre de résidents et/ou de frontaliers qui souhaiteraient ou sont installés au pays.

A ce titre, une pétition, ouverte aux signatures depuis le septembre sur le site de la Chambre des députés, propose « une mise à niveau de l’index en lien avec le prix moyen de l’immobilier pour les résidents du Grand-Duché. »

Lire : Immobilier : la transparence sur les prix au Luxembourg pas à l’ordre du jour

L’auteur y verrait une mesure permettant d’être « au plus près de la réalité économique du pays » et d’avoir « un impact réel sur les familles. »

Elle aiderait ainsi « les ménages modestes à mieux vivre, car la majorité des revenus des familles résidentes au Grand-Duché est dépensée pour le paiement du crédit immobilier ou du loyer. »

Le texte peut être ratifié jusqu’au 1er novembre.

Allocations familiales indexées rétroactivement ?

Autre proposition jugée recevable, celle prônant une adaptation des allocations familiales rétroactivement à l’index.

La pétitionnaire y verrait un moyen d’augmenter le pouvoir d’achat. La raison étant que « dès que l’index sera augmenté, les crèches et foyers du jour augmenteront aussi l’index de leur tarif, et donc la structure d’accueil absorbe même plus que cette augmentation de salaire de 2,5 %. »

232 personnes vont, pour l’heure, dans ce sens. Date butoir, le 1er novembre également.

Pour rappel, une pétition est débattue à la Chambre dès lors qu’elle atteint le stade des 4.500 paraphes.

Lire : Baisse de l’impôt des célibataires : le débat aura lieu à l’automne

Ailleurs sur le web