icon recherche
Société

Les jeunes diplômés du Luxembourg s’insèrent rapidement sur le marché

Si leur part dans la population totale diminue continuellement, les 15-24 ans trouvent, de manière générale, du travail assez rapidement après l'école ou l'université.

Publié par Romain S. le 12/08/2019 | 692 vues
comments6 commentaires

4,7 % des 15-24 ans sont au chômage au Luxembourg.

Au 1er janvier 2019, ils étaient 169.851 au Luxembourg. Les moins de 25 ans représentent 27,7 % de la population du pays d’après le dernier rapport du Statec.

Une baisse constante depuis le début du siècle puisque la proportion était de 30,4 % en 2001 et de 29,4 % en 2011.

Parmi eux, 55,8 % détiennent la nationalité luxembourgeoise alors que les jeunes hommes sont un peu plus nombreux que les jeunes femmes (51,3%).

Lire : Les stages seront rémunérés au Luxembourg

4,7 % de chômage

Le taux de chômage des 15-24 ans atteint 4,7 % (4,5 % chez les 25-54 ans). Un chiffre bas, à l’image du taux de chômage général, qui s’explique aussi par le jeune âge : 66,9 % sont inactifs économiquement parlant puisqu’ils sont, pour la grande majorité, encore en études ou en formation.

28,4 % sont tout de même en emploi, les 5,3 % restants n’étant ni en emploi ni en formation. Ils sont classifiés comme des NEETs (Neither in employment nor in education or training). Au niveau européen, le taux de NEETs atteint 10,6 %.

Lire : Les étudiants luxembourgeois sont les plus vagabonds

Il faut par ailleurs souligner le bon taux d’insertion sur le marché du travail de cette catégorie de la population. 78,5 % des 20-34 ans trouvent un emploi entre un et trois ans après la fin de leur cursus scolaire/universitaire.

En ne prenant en compte que les diplômés du secondaire à vocation professionnelle, le prorata monte à 95,4 % et à 94 % pour ceux du tertiaire.

Plus de CDD et de temps partiel

Quatre jeunes âgés de 15 à 24 ans sur dix sont toutefois employés en CDD contre seulement 7 % parmi les 25-54 ans. Le temps partiel est également assez répandu puisqu’il concerne près d’un jeune sur quatre.

A noter également la part toujours plus faible de jeunes mariés. Il y a 35 ans, 30,8 % des hommes et 57,3 % des femmes se mariaient très jeune.

En 2000, les proportions étaient respectivement de 10,1 % et 23,7 %.

Ailleurs sur le web

hermione57100
31 messages
Il y'a 2 semaines

Normal, ils sont pistonnés !
 

loupblanc
Thionville | France | 2291 messages
Il y'a 2 semaines

mais noonnnnnnnnnnnnnnn

cat3
8 messages
Il y'a 2 semaines

Jalousie quand tu nous tiens. Il faudrait peut-être apprendre des langues étrangères et aller jusqu’à un niveau bilingue. 

hermione57100
31 messages
Il y'a 2 semaines

Posté par: cat3 Jalousie quand tu nous tiens. Il faudrait peut-être apprendre des langues étrangères et aller jusqu’à un niveau bilingue. 
 

Je suis bilingue, voire trilingue.  

hermione57100
31 messages
Il y'a 2 semaines

De toute façon, les élèves des filières professionneles/techniques y sont orientés parce qu'ils n'ont pas un niveau suffisant en français et allemand mais ils trouvent un boulot quand même.
 

loupblanc
Thionville | France | 2291 messages
Il y'a 2 semaines

papa est haut fonctionnaire et maman aussi mais je n'ai pas été pistonné...non non je travaille avec le partenaire de  GOLF de papa...dans l'administration de façon à perpétuer la tradition familiale....-)