icon recherche
Emploi

Les stages seront rémunérés au Luxembourg

Le Luxembourg vient d’imposer les gratifications pour les stages obligatoires. Qu’en est-il chez ses voisins francophones ?

Publié par Romain S. le 29/05/2019 | Mis à jour le 28/05/2019 | 4.838 vues
comments5 commentaires

La loi luxembourgeoise distinguera désormais deux types de stages : ceux qui sont obligatoires et ceux qui seront volontaires.

C’est une avancée non négligeable que vient d’entériner le Grand-Duché.

Vendredi, le ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et solidaire, Dan Kersch, les représentants de l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), les représentants des associations d’étudiants ACEL et UNEL et ceux de la Chambre des salariés sont parvenus à un accord sur la réglementation des stages.

Le communiqué du gouvernement précise que la loi différenciera à l’avenir deux types de stages :

  • D’un côté, ceux étant intégrés au cursus scolaire/universitaire ;
  • De l’autre, ceux relevant du volontariat, hors cursus.

620 euros par mois

La nouveauté réside en ce que désormais, tous les stages de plus d’un mois devront être rémunérés, a confirmé M. Kersch, à l’Essentiel.

L’UNEL a également précisé que le montant de l’indemnité s’élèvera à 30 % du salaire social minimum non-qualifié, soit 620 euros par mois, pour les expériences en entreprise obligatoires.

Lire : Quels sont les avantages en nature les plus répandus ?

Pour ce qui est des stages volontaires, le montant grimpera à 828 euros/mois au-delà de quatre semaines et à 1.153 euros/mois après trois mois.

En outre, ajoute le Journal les étudiants pourront demander un stage entre les niveaux Bachelor et Master. Celui-ci ne devra pas dépasser six mois et sera rémunéré à hauteur du salaire social minimum qualifié.

Quid de la Belgique et de la France ?

Autant dire que la législation grand-ducale tranche avec celles de ses voisins.

En Belgique, les stages effectués durant l’enseignement ne sont, même s’il existe des exceptions, pas rémunérés. Ils le sont par contre lorsqu’ils concernent les demandeurs d’emploi.

Il est, en revanche, de coutume de rembourser certains frais au stagiaire (frais de déplacement domicile-travail par exemple).

En France, l’employeur est dans l’obligation de rémunérer un stagiaire lorsque celui-ci preste plus de deux mois pour sa société au cours de la même année scolaire/universitaire.

Le montant est négociable mais ne peut pas être inférieur à 3,75 €/h, soit 15 % du plafond horaire de la Sécurité sociale.

Lire : le congé linguistique au Luxembourg

Ailleurs sur le web

Il y'a 6 mois

Classique: Un ministre luxembourgeois fait des cadeaux avec l'argent des entreprises.

Statya
57 messages
Il y'a 6 mois

ça va encore plus dissuader les entreprises à prendre des stagiaires. Déjà que nos  étudiants ont du mal à trouver des stages.
Cela dit j'aurais été contente que cette réglementations existent quand j'ai fait mes stages.

Raiisin
32 messages
Il y'a 6 mois

Faut pas déconner, ça reste que 1000 balles maximum par mois, le stagiaire apporte une plus-value à l'entreprise.
Ce n'est pas censé être de la main d'oeuvre gratuite. Même si on lui apprend des choses, si le suivi est correctement fait, il reste LARGEMENT rentable à l'entreprise qui l'embauche normalement.

xenesis
840 messages
Il y'a 6 mois

Tout à fait et ca va aussi permettre d'éviter l'exploitation à outrance des stagiaires.

Il y'a 6 mois

L'article ne dit pas quand cela sera mis en place. Mon beau fils est en stage pour 6 semaines depuis le 20 mai, y a t il droit?