Les tarifs postaux vont augmenter au Luxembourg
logo site
icon recherche
Société

Les tarifs postaux vont augmenter au Luxembourg

Actuellement fixé à 0,80 centimes d’euros, le prix d’envoi d’un courrier vers le Luxembourg va augmenter dès le 1er septembre prochain. Une hausse qui touchera l’ensemble des tarifs des services postaux.

Publié par Aymeric Henniaux le 02/08/2022 | 633 vues

De moins en moins de courriers sont envoyés au Luxembourg.
Les foyers luxembourgeois n'ont utilisé que six timbres en moyenne en 2021.

L’annonce est passée relativement inaperçue mais elle pourrait avoir son importance pour les adeptes des échanges épistolaires. POST Luxembourg a annoncé en fin de semaine dernière une augmentation de ses tarifs postaux à compter du 1er septembre prochain.

Jusqu’à 33 % d’augmentation

Si les tarifs n’avaient pas bougé depuis le mois de mai 2019, ils connaîtront donc une progression non négligeable le mois prochain. Avec 0,20 centimes en plus (soit +25 %), le prix de l’envoi d’un courrier standard vers le Luxembourg atteindra la barre symbolique de l’euro le mois prochain.

Dans son sillon, la lettre standard à destination d’un pays d’Europe coûtera, elle, 1,40 euro soit 35 centimes de plus qu’actuellement (+33,3 %) et un courrier standard vers un autre pays du monde reviendra à 1,75 euro (+25 %).

Pour rappel, la grille tarifaire de POST comprend six paliers : les courriers/envois jusqu’à 50 g maximum, puis ceux de 51 g jusqu’à 500 g, de 501 g à 2 kg (avec deux catégories distinctes en fonction de la taille des objets envoyés), puis jusqu’à 10 kg et enfin ceux entre 10 kg et 30 kg.

À noter que les prix pour les envois nationaux augmentera aussi au 1er septembre pour les fondations et les associations sans but lucratif. Si elles continueront à bénéficier de tarifs préférentiels, leur affranchissement augmentera néanmoins, passant à 0,50 euros (la moitié du tarif « classique »).

Les raisons de ces « ajustements tarifaires »

Dans sa communication pour expliquer ces différentes hausses, le groupe POST avance la nécessité « d’assurer la pérennité et la qualité du service universel » et ce « dans un contexte de baisse structurelle continue des volumes de courrier et d’augmentation des coûts, notamment de main d’œuvre, d’infrastructure et de transport ».

L’entreprise avance aussi sa volonté de « continuer à innover et à s’adapter aux usages et aux besoins de ses clients », à un moment où le nombre de courriers ne cesse de baisser depuis plusieurs années.

Ainsi, 190 millions de lettres avaient circulé en 2016, contre « seulement » 155 millions quatre ans plus tard en 2020. Une réalité que l’on retrouve dans les foyers luxembourgeois qui n’ont utilisé en moyenne que six timbres en 2021.

Retrouvez-nous sur

Ailleurs sur le web