icon recherche
Société

Luxembourg, l’envers du décor : pauvreté et logement hors de prix

Si la santé du pays est loin d’être critique, les bons chiffres ne doivent pas masquer une autre réalité : celle de ceux qui peinent à joindre les deux bouts, à payer leur logement…

Publié par Romain S. le 13/03/2019 | 2.723 vues

Les bons chiffres affichés par le pays, comme le pays par habitant le plus élevé au monde, ne doivent pas masquer les importants écarts de richesse.

« Je gagne 55.000 euros par an et je ne m’en sors pas. » Ainsi, Giovanni, immigré italien, comptable depuis dix ans au Grand-Duché plante le décor.

L’article paru mardi dans Libération prend le contrepied de ce qui est généralement évoqué à propos du Luxembourg dans les médias hors-frontière.

Celui-ci dresse le portrait « des petites gens », celles et ceux qui tirent le diable par la queue. Et le quotidien français de faire un focus sur l’envers du décor, au-delà « du quartier futuriste du Kirchberg » et des « buildings de verre et d’acier ».

Au-delà aussi du PIB par habitant le plus élevé du monde, « trompeur parce qu’il intègre la richesse produite par les 175.000 travailleurs transfrontaliers qui viennent chaque jour de Belgique, de France et d’Allemagne. »

Risque de pauvreté croissant

Le canard pointe également un autre trait peu reluisant : une pauvreté en hausse, comme à peu près nulle part ailleurs, expliquée en grande partie par des prix du logement qui explosent. « Entre 2009 et 2017, le prix de vente d’un appartement est passé de 4.000 à 7.000 euros le mètre carré. »

Lire : 126.000 personnes en risque de pauvreté au Luxembourg

Ceux-ci sont, comme relevé par le Statec la semaine passée, largement corrélés aux fins de mois de difficiles que subissent plus d’un habitant sur quatre.

Le même Statec déterminait d’ailleurs, dans une publication datée de l’été dernier, que le « budget de référence », soit le revenu acceptable pour une famille modèle (deux adultes salariés, deux enfants scolarisés), s’élevait à 4.079 euros par mois dont 1.542 seraient consacré au logement.

Lire : Ce qu’il faut gagner pour vivre décemment au Grand-Duché

D’ailleurs, même certains locaux finissent par lever le camp pour poser leurs valises là où le loyer amputera moins le porte-monnaie.

Délinquance dans le quartier « Gare »

L’itinéraire de l’auteure passe également par le quartier « Gare », à Bonnevoie, où la salle de shoot « accueille de 250 à 300 « clients » quotidiens, locaux ou immigrés. » La zone est d’ailleurs dans le collimateur du gouvernement qui souhaite étendre le réseau de vidéosurveillance pour lutter contre la délinquance liée à la toxicomanie.

Lire : Le Luxembourg, pays où l’on se drogue pour le moins cher

Un point de vue différent, en somme, de ce qui fait la bonne réputation du pays à l’étranger.

Et ce, sans oublier de souligner les mesures sociales à l’œuvre telles que la prochaine gratuité des transports ou la revalorisation du salaire minimum. Car, « avec un salaire de 2.500 ou 3.000 euros, on est un travailleur pauvre », avance un interlocuteur.

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Ailleurs sur le web