icon recherche
Société

Pourquoi l’horloge des appareils électroménagers est en retard ?

Depuis plusieurs semaines, l’heure affichée par les micro-ondes ou autres frigos est en décalage avec celle des montres classiques ou des smartphones. La faute à un déséquilibre sur le réseau électrique orchestré par deux pays des Balkans.

Publié par Romain S. le 07/03/2018 | 3.365 vues

La situation devrait revenir à la normale d’ici la fin de semaine.
La situation devrait revenir à la normale d’ici la fin de semaine.

Mon smartphone affiche 15h00, ma montre également. Mon micro-onde indique qu’il est 14h54, mon frigo 14h55. Les fusibles du disjoncteur ont sauté quelques minutes ? Mes appareils arrivent en fin de vie ? Ou alors c’est mon smartphone qui déconne ?

Depuis plusieurs semaines, les usagers ont peut-être constaté que l’heure affichée sur certains de leurs appareils électroménagers ne correspondait pas à celle de leur téléphone ou de leur émission radio quotidienne. L’explication de ce retard moyen de six minutes arrive… des Balkans révèle le Parisien.

Le fait est que les appareils électroménagers branchés sur secteur se synchronisent sur la fréquence du réseau électrique. Celui-ci est identique dans l’ensemble des pays européens et est maintenu à 50 hertz.

Un “bug” pour 4 millièmes de différence

Or, selon Entso-E, l’association représentant les gestionnaires de réseaux, la moyenne calculée depuis bientôt deux mois s’établit à 49,996 hertz. Un écart infime qui a pourtant des répercussions sur des millions d’Européens et notamment sur le fonctionnement des horloges.

Mardi, Entso-E accusait ainsi le Kosovo et la Serbie de diminuer volontairement leur production d’électricité et donc leur contribution au réseau européen, entraînant un léger déséquilibre du système. Les horloges branchées au courant électrique ne reçoivent plus les 50 impulsions/seconde et accusent progressivement un retard.

Objectif : intégrer le réseau européen des gestionnaires de réseau

Le Kosovo produit moins, mais la Serbie, pourtant responsable de l’équilibre en fourniture électrique de la région des Balkans, refuse de produire plus pour des raisons d’opposition politique et historique entre les deux pays“, ajoute le communiqué de Ensto-E.

Par ailleurs, les deux Etats agiraient de concert afin d’intégrer le réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité, réunissant 41 gestionnaires de réseaux, très influent à Bruxelles.

La situation devrait revenir à la normale d’ici la fin de semaine. L’heure est donc à la patience.

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Commentaires Réagir à cet article

Ailleurs sur le web