icon recherche
Société

Escroquerie à l’achat : les réseaux sociaux en ligne de mire

Facebook, YouTube et les autres réseaux sociaux sont des moyens rapides et efficaces d’atteindre les consommateurs avec des offres irrésistibles.

Publié par Chrystelle Thévenot le 12/02/2020 | 1.129 vues

Chaque jour, les consommateurs européens sont confrontés à des publicités ciblées qui présentent des offres alléchantes sur les réseaux sociaux.

Dans un communiqué de presse, le CEC (Centre européens des consommateurs) Luxembourg met en garde les clients, embarqués dans des pièges tendus sur les réseaux sociaux, par des entreprises peu scrupuleuses. Selon une étude récente de la Commission européenne, 1,56 % des consommateurs européens ont été victimes de fraude au cours des deux dernières années.

Ces méthodes permettent, avant tout, de soutirer de l’argent ou des informations confidentielles aux personnes concernées.

Faire une capture d’écran

Le type d’escroquerie le plus souvent rencontré sur les médias sociaux est ce qu’on appelle les “escroqueries à l’achat”. Les internautes sont amenés par la ruse à souscrire des abonnements ou à acheter des produits qui sont faux ou qui n’existent pas. Le CEC Luxembourg encourage les consommateurs à faire une capture d’écran avant de cliquer sur une publicité sur les réseaux sociaux.

Il peut être difficile de repérer les pièges parce que les publicités disparaissent dès que l’on clique dessus. Une preuve de l’arnaque doit être conservée.

Des publicités attractives

Les réseaux sociaux sont souvent le canal privilégié pour atteindre les consommateurs avec des offres qui s’avèrent trop belles pour être vraies. Ils sont victimes de signaux psychologiques qui les poussent à agir de manière impulsive et sans réfléchir. Sur les réseaux sociaux, ce sont souvent les offres d’essai gratuit qui semblent particulièrement tentants.

Vous pouvez joindre le CEC Luxembourg pour des questions concernant la protection de consommation européenne ou dans les cas de litiges transfrontaliers : [email protected]

Lire 300.000 signatures contre le démarchage téléphonique

Ailleurs sur le web