icon recherche
Société

Visite grand-ducale en France : l’impôt des frontaliers au menu

La teneur des discussions franco-luxembourgeoises, abordées lors de la visite d’Etat du Grand-Duc la semaine prochaine, portera, entre autres, sur un "retour sur l’impôt sur le revenu" des travailleurs frontaliers.

Publié par Romain S. le 15/03/2018 | 7.679 vues

M. Le Drian a notamment relevé "les opportunités mais aussi les défis" que revête la relation Lorraine-Luxembourg.
M. Le Drian a notamment relevé "les opportunités mais aussi les défis" que revête la relation Lorraine-Luxembourg.

C’est un petit événement dans les relations franco-luxembourgeoise. Du 19 au 21 mars prochain, le Grand-Duc sera en visite d’Etat à Paris, une première depuis 40 ans.

Au-delà du symbolique, la rencontre entre la délégation luxembourgeoise et son homologue française fera l’objet d’une discussion très sérieuse sur la thématique transfrontalière.

Compenser les déséquilibres

Dans une allocution au Sénat français mardi dernier, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a détaillé la teneur des pourparlers de ce “séminaire intergouvernemental”.

M. Le Drian a notamment relevé “les opportunités mais aussi les défis” que revête la relation Lorraine-Luxembourg. “Dynamique porteuse”, elle nécessite que des accords de co-développement interviennent pour compenser les déséquilibres soulignés par la sénatrice du secteur nord de Meurthe-et-Moselle, Véronique Guillotin.

A cet égard, le ministre a réitéré ce qui avait déjà été réclamé par les élus du Grand Est, à savoir le cofinancement des infrastructures de transport. Nous souhaitons faciliter la vie quotidienne des 90.000 travailleurs frontaliers en prenant des engagements communs afin de cofinancer les infrastructures à leurs bénéfices, tout particulièrement le transport.”

“Pas de conclusion avant que le séminaire ait eu lieu”

Par ailleurs, plus surprenant, l’élu évoque “un retour sur l’impôt sur le revenu que le Luxembourg prélève sur nos frontaliers”, alors que la Lorraine constitue le deuxième plus important flux de navetteurs de l’Hexagone.

Aucune information complémentaire n’a été fourni sur ce point, Jean-Yves Le Drian précisant ne pas pouvoir “donner de conclusions de ce séminaire avant qu’il n’ait eu lieu.”

Enfin, ce court voyage permettra aux représentants des deux parties d’aborder des thèmes de coopération bilatérale touchant aux domaines de l’apprentissage, de la formation et de l’enseignement supérieur.

Ailleurs sur le web

frontalulu
515 messages
Il y'a 1 an

ah et bien si j'étais la délégation j'exposerai le soucis de la CSG des frontas

 

mikylux
188 messages
Il y'a 1 an

La CSG est une complication absconse  franco-française que la Justice de l'U.E. a tranché "être une cotisation sociale" et pas un impôt, donc à ne pas payer pour les non-Français!

Problème résolu pour les non-Français!

mouchkas
7 messages
Il y'a 1 an

Comment doit-on comprendre: « un retour sur l’impôt sur le revenu que le Luxembourg prélève sur nos frontaliers »? 

S’agit-il d’une remise en cause de la réforme fiscale applicable à partir de janvier 2018?

 

bonsai
33 messages
Il y'a 1 an

J'espère que le Grand Duc ne se fera pas influencer par la séance de charme que ne manquera pas de lui prodiguer Monsieur le president. La France ne sait plus où trouver de l'argent, et elle essaie de poinçonner partout où elle peut. On est en train de remettre en question tout les accords du traité de Rome.

 

mikylux
188 messages
Il y'a 1 an

Oui, mais non!

Le Grand Duc ne décide pas (Ce n'est pas Louis XIV!).

La France est sans le sou! Tout lemonde entier le sait!

Oui, elle essaie que d'autres payent pour elle mais ça ne marche pas bien fort!

Remettre en cause "les accords du Traité de Rome", c'est le frexit où la France a tout à perdre!

frontalulu
515 messages
Il y'a 1 an

1 créer un Fond  pour investir dans la grande région

2 demander l'avis des frontaliers dans quel type de projet investir

sinon rien ! Parce que si c'est pour que Macron envoie l'argent là ou il y a le plus d'électeurs LREM alors pas la peine

xbeaudouin
1 messages
Il y'a 1 an

Tiens, la Macronie comme d'autres républiques (sic) Française voudrait le beurre et l'argent du beurre.

Par contre c'est a double tranchant, la Lorraine risque gros en faisant les cons. Car clairement si jamais il y a double imposition, la plus part des Frontaliers iront ailleurs ... Et tant pis pour les dommages collatéraux qui risque de résulter dans la région;

Il faut quand même que les villes qui hébergent les frontaliers pensent qu'ils en profitent déjà, en effet, les commerces du coin, les services public et les taxes d'habitation / foncières sont déjà calculées sur le revenu déclaré. Donc il faut arrêter de prendre les gens pour des idiots.

Pour ma part, si jamais y a un impôt frontalier -> je déménage. Quitte a prendre plus petit au luxembourg.

cossicossa
35 messages
Il y'a 1 an

Si je comprends bien (avec optimisme), le but est de demander au Luxembourg de reverser une partie des recettes fiscales provenant de l'impot sur le revenu des frontaliers, notamment pour participer aux frais de modernisation des infrastures routières interfrontlières ou autres améliorations dans les déplacements quotidiens Moselle<->Lux.

Il est clair qu'une remise en cause de l'accord sur l'IR et un rétablissement de la double imposition ne seraient pas très stratégiques pour continuer à attirer dans la région les  gens qui veulent aller bosser au Luxembourg...! 

Par contre je ne comprends pas ce que le Grand Duc a à voir la dedans, je pensais qu'il y avait un chef de gouvernement pour ce genre de discussion !!!!

mikylux
188 messages
Il y'a 1 an

Oui!

C'est bien probable que les autorités françaises, actuellement "sans le sou", et qui ont déjà essayé de "mutualiser" la dette française dans un ensemble européen, voient dans les pays étrangers les "payeurs" de leur dette nationale en croissance: évidemmment un peu trop gros, même pour des Luxembourgeois sous-estimés!

mikylux
188 messages
Il y'a 1 an

Je crois que vous avez bien compris: l'état français comme ses citoyens sont avides de monnaie!

La double imposition n'aura pas lieu: l'U.E. ne sera pas d'accord et il y a peu de chances qu'elle change d'avis pour renflouer la France!

Les infrastructures routières sont à charge de la nation du territoire, pas des étrangers, sauf parfois quelques projets communs!

Vous ne connaitrez plus avant longtemps ce que représente la visite d' "un monarque" étranger, même symbolique et non politique, E.Macron, si! (Et les ministres l'accompagnaient, évidemment!).

Je vous rappelle la "rencontre inter-gouvernementale" franco-luxembourgeoise qui a aussi parlé de cette crasse de Cattenom, à 8km du Grand duché!