En 2023, le Luxembourg allégera l’impôt sur les familles monoparentales
logo site
icon recherche
Fiscalité

En 2023, le Luxembourg allégera l’impôt sur les familles monoparentales

C’est là une des annonces faites par la ministre des Finances à l’occasion de la présentation du budget 2023. Le crédit d’impôt de ces foyers va augmenter de plus de 65 %.

Publié par Patrick Jacquemot le 13/10/2022
comments1 commentaire

impôts fiscalité Luxembourg monoparentales syndicats pauvreté fiscalité Bettel Luxembourg
Le gouvernement n'a toutefois pas choisi de réviser la classe d'imposition des foyers monoparentaux.

C’est peu dire qu’il y avait urgence à réviser la fiscalité des familles monoparentales. En 2021 encore, le Statec avait ainsi mentionné combien la situation de nombreux parents isolés était devenue périlleuse. L’institut national de la statistique et des études économiques du Grand-Duché rappelait ainsi que 58,7 % des familles monoparentales avaient des difficultés à joindre les deux bouts sur le plan financier. Pire : 38 % d’entre elles faisaient face à un risque de pauvreté. Et le poids de la fiscalité n’y était pas pour rien, dénonçaient depuis des années syndicats, Chambre des salariés et autre Collectif monoparental.

Lire Faut-il revaloriser le crédit d’impôt monoparental ?

Le message a été entendu, et la ministre des Finances vient d’assurer que ces familles allaient bénéficier d’un « allégement majeur » de leur charge fiscale à compter de 2023. Une idée notamment soutenue par la Fondation Idea. En présentant devant la Chambre son premier budget, Yuriko Backes (DP) a ainsi promis que le montant maximal du crédit d’impôt monoparental (CIM) allait être relevé de 1 500 euros à 2 505 euros.

Le gouvernement enfoncera un peu plus le clou en révisant le plafond maximal du CIM. Jusqu’alors, ce crédit d’impôt était limité à 35 000 euros ; il sera revalorisé à hauteur de 60 000 euros. La mesure devrait être appréciée des foyers concernés. Sachant que l’exécutif n’a pas souhaité revoir la classe d’imposition qui s’applique aux revenus d’une famille monoparentale (classe 1a). Pourtant, un ménage de ce type reste soumis à un taux moyen d’imposition deux fois plus élevé qu’un couple sans enfant (classe 2). Un différentiel que les allocations éventuellement perçues ne permettent pas de combler.

Concernant la fiscalité des plus précaires, il a aussi été annoncé une avancée pour les bénéficiaires du salaire social minimum (SSM). Ces particuliers pourront toujours percevoir l’intégralité du crédit d’impôt accordé (70€/mois), compris après l’augmentation de ce salaire social au 1er janvier 2023.

Une hausse qui fait partie des mesures sociales qu’avaient dévoilé le Premier ministre, Xavier Bettel (DP) lors de son récent discours sur l’Etat de la nation. Dans un budget 2023 dont près de 47 % sont dédiés à des actions sociales, la ministre des Finances entend aussi revoir « vers le haut » les fourchettes de revenu au titre desquelles les contribuables pourront bénéficier du crédit d’impôt sur le salaire social minimum.

Lire Les crédits d’impôts au Luxembourg

Retrouvez-nous nous sur Instagram :

Ailleurs sur le web

vlp
548 messages
Il y'a 2 mois

Bravo ! mais quand même ...
pourquoi une mesure qui ne différencie pas en fonction du nombre d'enfants ....... 
concernant la classe 1a elle n'est pas adaptée depuis bien longtemps et elle doit être repensée voire remplacée d'où la préférence d'agir sur le crédit d'impôt et d'attendre une réforme pour procéder à un changement.
concernant cette fameuse future réforme fiscale, attention aux idées lancées relatives à la suppression de l'imposition collective et d'une mise en place d'une imposition individuelle et cela au nom d'une meilleure équité .....
l'effet de moyennisation du taux d'imposition d'un ménage en sera perdu et forcément l'impôt global supporté par un ménage s'en verra augmenté. A bon entendeur.
patrick vl (optifisc)