L’amour et le sexe après 60 ans dans la Grande Région
logo site
icon recherche
Détente

L’amour et le sexe après 60 ans dans la Grande Région

Même s’il n’y a pas de sujets tabous, en voilà un cependant dont on parle traditionnellement peu. Et pourtant, les sentiments et l’intimité ne s’arrêtent (heureusement) pas une fois franchie la barre de la soixantaine…

Publié par Aymeric Henniaux le 02/10/2022

sexualité senior
sexualité senior

À l’occasion de la sortie jeudi 29 septembre du rapport « Vie affective, intime et sexuelle des personnes âgées » réalisé par l’association les Petits Frères des Pauvres en France, la rédaction des Frontaliers fait le point sur les données existantes sur le sujet dans les différents pays de la Grande Région.

Que dit le rapport ?

L’association, qui lutte notamment contre l’isolement des personnes âgées, a interrogé plus de 1 500 personnes pour réaliser son rapport. Et les résultats sont sans appel : oui, les seniors s’aiment et oui, ils ont encore des relations sexuelles !

Dans une écrasante majorité (94 %), les plus de 60 ans se déclarent toujours amoureux de leur conjoint(e), soit neuf personnes sur dix. Une « excellente nouvelle qui vient combattre les idées reçues sur le sentiment amoureux qui s’émousserait plus on avance dans le grand âge », souligne les Petits Frères des Pauvres.

En allant plus loin, l’association a donc également interrogé les seniors français sur leur sexualité. Des questions intimes auxquelles les sondés devaient répondre sans détour. Ainsi, on apprend qu’en France, 52 % des personnes âgées ont toujours des relations intimes, soit plus d’une sur deux (et 91 % se déclarent même satisfaites de ces parties de jambes en l’air).

Si 47 % des seniors sont convaincus que la sexualité reste importante même en avançant en âge (ils sont 25 % à trouver qu’elle est même essentielle), les chiffres varient en fonction des catégories d’âges. En moyenne, 70 % des 60 à 64 ans ont encore des relations sexuelles ; un pourcentage qui tombe à 32 % pour les 80-84 ans et seulement 8 % au-delà de 85 ans.

Dernier point, plein d’optimisme : le rapport des Petits Frères des Pauvres estime à 71 % le pourcentage de seniors trouvant qu’un corps qui vieillit peut rester désirable (41 % des plus de 80 ans se trouvent par exemple toujours séduisants). Pour le délégué général de l’association, Yann Lasnier, « c’est l’un des résultats les plus encourageants, dans une société qui traite d’abord le corps vieux comme un corps à soigner ».

Lire Les avantages d’embaucher des séniors au Luxembourg

Et ailleurs dans la Grande Région ?

Au Luxembourg, peu de statistiques existent. Il faut donc se contenter des chiffres européens comme une enquête de 2015 menée par l’université de Manchester auprès de 7 000 personnes âgées. Là encore, les résultats confirmaient que nos « anciens » conservaient une activité sexuelle (près d’un sur deux) et encore 31 % des plus de 70 ans.

Par ailleurs, ces dernières années, différentes études sur le sujet de la sexualité des seniors ont été réalisées en Belgique et en Allemagne.

Outre-Rhin, les données existantes indiquent que la moitié de la population de soixante ans et plus se déclarant en couple pratiquent encore le sexe (et même à une fréquence élevée). Aussi, c’est principalement la perte du partenaire, suite à son décès ou à une séparation, qui stoppe de facto les relations intimes des seniors.

En Belgique, une incroyable étude réalisée au début de l’année par l’association Espace Seniors indiquait que 63 % des personnes en couple âgées de 80 à 102 ans avaient encore au moins un rapport sexuel par mois ! L’association analysait ces résultats en rappelant « qu’il n’y a pas d’âge pour le plaisir sexuel. Le corps change, se transforme, le regard posé sur la vie, les besoins se modifient mais le désir et le plaisir demeurent”. Une belle leçon, pleine d’avenir !

Lire Où aimeriez-vous faire l’amour ?

Lire Au Luxembourg, c’est Monsieur qui reste en forme plus longtemps !

Retrouvez-nous sur Instagram :

Ailleurs sur le web