icon recherche
Emploi

Je ne trouve pas d’employé à cause du Luxembourg

Portraits de commerçants et chefs d'entreprises, proches de la frontière qui ne trouvent pas de personnel à cause des salaires luxembourgeois. Premier portrait de Joëlle.

Publié par EddyThaux le 25/03/2019 | Mis à jour le 26/03/2019 | 8.674 vues
comments1 commentaire

Nombreux sont les commerçants frontaliers qui ne trouvent pas de candidats à cause de la proximité du Luxembourg. Voici le premier témoignage de cette série de trois portraits.

Joëlle tient un magasin de prêt-à-porter pour femmes. Son magasin est situé dans une galerie marchande à Thionville. Elle est constamment à la recherche de vendeuses. Elle multiplie les annonces sur les sites, met des affiches dans son magasin, a contacté Pôle emploi, bref c’est toujours les mêmes soucis.

On gagne 1.000 € de plus en traversant la frontière

Interrogée par lesfrontaliers.lu, elle explique : « Je propose un temps plein à 35 heures par semaine pour un salaire brut de 1.500 €. Au Luxembourg, le salaire est d’environ 2.500 € pour 40 heures ! Je ne peux pas m’aligner. Moi-même, en tant que responsable du magasin je ne gagne pas 2.500 €, et pourtant je fais bien plus que 40 heures certaines semaines. Dès qu’une vendeuse est malade ou qu’elle démissionne, je dois aller travailler ».

Ce n’est pas l’eldorado qu’elles imaginaient

Joëlle, parfois découragée, connait bien la situation des vendeuses parties de l’autre côté de la frontière, pensant avoir trouvé l’eldorado. Elle nous raconte l’histoire de Sophie, une vendeuse qui l’a quittée au bout de 4 ans. « Elle a trouvé un poste à Luxembourg ville, payé 2.500 € brut et 8,40 € de ticket restaurant par jour. Tous les matins, elle allait en voiture à la gare d’Hagondange, où elle prenait le train, puis le bus jusqu’à la capitale. Bref, quand tout allait bien, pas de retard des trains, pas de grève, pas de panne, elle passait 2h15 dans les trajets aller-retour. Au magasin, elle faisait ses 8 heures avec une pause obligatoire d’1 heure. Au final, elle était absente 12 heures de chez elle ».

Les salaires au Luxembourg

Après 18 mois, Sophie est revenue. Nous l’avons interrogée sur cette expérience et voici ce qu’elle nous a confié : « Au début, quand j’ai reçu mon premier salaire, un peu plus de 2.000 € net, j’étais hyper contente. Et puis, l’hiver est arrivé, je partais il faisait encore sombre, je revenais, c’était le soir. A la fin de l’hiver, après les fêtes de fin d’année, les longues semaines avec les ouvertures dominicales, j’étais épuisée. Quand il a fait meilleur, c’était moins dur, la ville de Luxembourg est agréable en été, même si je n’avais pas trop le temps de me balader, sauf à la pause. Mais au deuxième hiver, j’ai craqué. J’étais trop fatiguée de ce rythme. Je ne voyais plus mes copines, je ne sortais presque plus tellement j’étais fatiguée… ».

A lire un article de 2018. Où gagne-t-on mieux sa vie ?

A lire : Un salarié à temps plein travaille 200 h de plus qu’en Belgique

Ailleurs sur le web

titipsi
177 messages
Il y'a 5 mois

Ce n'est pas "à cause du Luxembourg" ! Il est toujours plus facile de rejeter la responsabilité sur les autres :-(
Si les personnes sont compétentes, elles trouveront toujours une entreprise acceptant de leus payer au juste prix. Il faut juste du temps, de la détermination et pourquoi pas un peu de chance.