A Hollerich, les feux rouges n’aiment plus les chauffards
logo site
icon recherche
INFO FLASH
Le diesel va baisser ce mercredi au Luxembourg
Mobilité

A Hollerich, les feux rouges n’aiment plus les chauffards

A compter du 1er décembre, ces dispositifs sanctionneront les automobilistes ou motards qui roulent trop vite ou ne respectent pas l’arrêt dans ce secteur sud de Luxembourg-ville. 

Publié par Patrick Jacquemot le 29/11/2022

Près de 800 infractions/jour sont actuellement relevés aux points d’installation des deux nouveaux radars-feu.

Depuis six mois, ils étaient à l’essai. Mais cette fois, plus question de tolérance, pour les deux nouveaux radars feu rouge installés à Luxembourg-ville, dans le quartier d’Hollerich.

Le ministre de la Mobilité avait prévenu en juin, il tient parole désormais : « La phase répressive débutera à partir du jeudi 1er décembre », annonce François Bausch. Gare donc au croisement route d’Esch/boulevard Dr Marx, et au carrefour entre la pénétrante en direction de l’A4 et le boulevard Pierre Dupong (à hauteur du lycée Aline Mayrisch).

Le semestre de “tolérance” a d’ailleurs permis aux autorités de confirmer le besoin d’être plus sévère sur ce point de circulation de la capitale. Rien qu’en septembre-octobre, 581 non-respects du feu rouge ont été constatés à ajouter aux 53 400 dépassements de la vitesse maximale autorisée recensés ces deux mois-là…

Concernant le “mode d’emploi” des deux appareils, il ne diffère pas du feu-radar installé Place de l’Etoile, depuis l’été 2021. Ils flasheront, eux aussi, les fautifs par derrière.

Les autorités précisent qu’en cas d’infraction liée à une allure excessive, « le véhicule est flashé, indépendamment de la couleur du signal coloré des feux à ce moment-là. Une tolérance de 3 km/h (au-dessous de 100 km/h) et de 3% (au-delà de 100 km/h) est déduite de la valeur mesurée ».

Dans le cas où un véhicule dépasse légèrement la bande d’arrêt pour laisser passer les secours, seule une photo est prise et aucune infraction n’est générée.

———————————————————
Le sale coût
Il y a quelques semaines, le radar fixe installé sur l’A7 avait été vandalisé. Pour le remplacer, il aura fallu débourser 130 000 euros, vient d’informer le ministère de la Mobilité. En attendant la mise en service du nouvel appareil, le radar mobile posé au bord de la Nationale

Retrouvez-nous sur Instagram

Ailleurs sur le web