Onze nouvelles pétitions ouvertes aux signatures
logo site
icon recherche
Société

Onze nouvelles pétitions ouvertes aux signatures

Validées par la Commission, une nouvelle dizaine de pétitions ont fait leur apparition vendredi 18 novembre. On vous résume les sujets qu’elles abordent.

Publié par Aymeric Henniaux le 21/11/2022

L'une des pétitions souhaite réduire le temps de trajet entre Luxembourg et Bruxelles.
Parmi les pétitions mises en ligne : celle réclamant une réduction du temps de trajet en train entre Luxembourg et Bruxelles.

Le processus est désormais bien connu : une fois l’étape de la Commission passée, les pétitions sont mises en ligne sur le site petitions.lu, espérant récolter au minimum 4 500 signatures (qui devront ensuite être validées) en une quarantaine de jours (jusqu’au 29 décembre) pour espérer voir les sujets qu’elles défendent inscrites au débat public.

Santé, transport, logement… cette fois encore, les revendications portées dans ce nouveau lot de pétitions s’attachent à des thématiques très différentes.

Et l’on reparle du Luxembourg – Bruxelles…

Près de 200 km mais une durée moyenne de 3 h pour relier les deux capitales européennes, bon nombre d’usagers de la ligne Bruxelles – Luxembourg pestent depuis des années contre le temps perdu lors de ce voyage. Joao De Sa Ferreira est l’un d’eux.

Son idée ? « Raccourcir le trajet, par la suppression de quelques arrêts ou par l’utilisation de trains à grande vitesse », avec pour objectif de réduire à 2 h le temps de transport entre les deux villes. Le pétitionnaire y voit aussi un intérêt environnemental : une liaison plus rapide « pousserait les personnes à prendre le train plutôt que d’y aller en voiture ».

La santé avant tout

Sebastian Pohl est un pétitionnaire responsable. En témoigne la pétition dont il est à l’origine réclamant l’obligation de suivre un cours de secourisme pour obtenir son permis de conduire. Une manière concrète d’accroître le nombre de personnes en mesure de prodiguer les premiers soins en cas d’urgence. Des gestes simples qui peuvent sauver des vies.

De son côté, Sabrina Reverberi souhaite une meilleure reconnaissance de la fibromyalgie. Finalement assez peu connue, cette maladie touche 1,5 à 2 % de la population, principalement des femmes entre 40 et 50 ans. Elle se traduit par une perception de la douleur bien plus importante que la moyenne, mais également un ressenti douloureux de certains contacts d’ordinaire indolores, comme le simple fait d’être touché. Des symptômes qui, à la longue, entraînent une fatigue chronique, voire une déprime sévère, chez les patients. Le but de la pétition est de mettre en place des dispositifs permettant de mieux communiquer sur cette pathologie et d’assurer un suivi pour celles et ceux en souffrant.

Les autres pétitions : entre chasse, logement, heure d’été et harcèlement

Il est question de nombreux autres sujets dans les pétitions ouvertes aux signatures en cette mi-novembre. Parmi eux : une pétition proposant plusieurs pistes pour permettre aux étudiants et doctorants de trouver plus facilement un logement au Luxembourg sur le marché privé (réductions fiscales pour les propriétaires, création d’une garantie pour la caution des étudiants…). Toujours dans le domaine du logement, la pétition 2506 milite, elle, pour une baisse sensible des loyers au Grand-Duché (et la prise en charge des frais d’agence par les propriétaires et non plus les locataires).

Les autres pétitions réclament un ajustement des taux des différentes amendes en vigueur (stationnement…), la mise en place d’actions préventives (et de sanctions) dans les établissements scolaires pour mieux lutter contre le harcèlement, un passage à l’heure d’été dès la fin du mois de février pour notamment « améliorer l’humeur générale », un contrôle technique obligatoire tous les deux ans (la pétition qui connait à l’heure actuelle le meilleur démarrage avec près de 3 500 signatures en seulement trois jours), l’abolition des battues dans la chasse ainsi que des horaires plus flexibles de la Bibliothèque nationale du Luxembourg.

Retrouvez-nous sur Instagram :

Ailleurs sur le web