Covid-19 : le vaccin de Pfizer donne de la fièvre aux vendeurs de congélateurs
icon recherche
Santé

Covid-19 : le vaccin de Pfizer donne de la fièvre aux vendeurs de congélateurs

La spécificité du vaccin, proposé par Pfizer, est sa conservation à des températures polaires : -70 degrés. Petit hic : les congélateurs qui le permettent sont coûteux. 

Publié par Edouard Trèfle le 01/12/2020 | 1.525 vues

La conservation du vaccin anti-covid élaboré par Pfizer est possible uniquement avec des congélateurs biomédicaux à ultra-basse température qui valent plusieurs milliers d’euros pièce.

Lire Il ne faut pas rendre le vaccin obligatoire contre la Covid-19

C’est la première fois qu’un vaccin exige une telle température, la norme est plutôt autour de – 4 °C : « Celui d’Ebola devait être congelé à – 60 °C mais on était face à une épidémie locale. Là, on parle de milliards de doses », souligne Bruno Pitard, directeur de recherche au CNRS en France.

Les fioles pourront être gardées pendant deux semaines dans les valises de livraison de Pfizer mais au-delà, ces congélateurs sont indispensables. Sans quoi, ce sont des millions de doses et donc d’euros qui seront gâchés.

Lire Covid-19 : plus rapides, 75 000 tests antigéniques arrivent au Luxembourg

En août dernier, le logisticien UPS a annoncé avoir créé des fermes de congélation avec 600 appareils aux Etats-Unis et aux Pays-Bas. Au lendemain de l’annonce de Pfizer, plusieurs Etats américains se sont précipités sur ces congélateurs bien que l’agence fédérale américaine de santé, le Center for Disease Control and Prevention, leur ait demandé d’attendre.

Les pays les moins développés s’inquiètent, eux, de l’accès à la vaccination en raison de ce défi logistique.

Usines en flux tendu

Pour répondre à la demande mondiale, dans ce marché de niche sur lequel trônent l’américain Thermo Fisher Scientific et le japonais PHCbi (anciennement filiale du groupe Panasonic), les petits ou les gros fabricants ont tous accéléré les cadences.

Depuis avril et les rumeurs sur un vaccin à base d’ARN messager, les usines japonaises du leader PHCbi « tournent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept », indique Alain Faba, son directeur Europe. Le luxembourgeois B Medical Systems est passé d’une production de 500 à 3 500 appareils par mois, avec actuellement un délai d’attente de deux semaines.

Faut-il craindre une pénurie ? « Non, même si la production mondiale de la centaine d’acteurs du secteur est à flux tendu, elle suffira à stocker les 50 millions de doses qui seront disponibles avant la fin de l’année. » Au cas où un renfort serait nécessaire, une marque espagnole souhaite même booster ses réfrigérateurs alimentaires pour en faire des « super-congélateurs ».

Commandes de vaccins : qui fait le plus de stocks ?

Près de 10 milliards de doses ont déjà été réservées dans le monde d’après les données compilées par l’Université Duke.

Plusieurs pays riches ont déjà réalisé d’importantes commandes de vaccins et l’Union européenne fait partie des plus gros acheteurs. Les 27 ont précommandé 1,43 milliard de doses de vaccins pour près de 448 millions d’habitants, soit un peu plus de 3 doses par Européen.

En tête du classement, le Canada en a déjà commandé 358 millions, soit 9,5 doses par habitant.

On retrouve ensuite, le Royaume-Uni (355 millions de doses) et l’Australie (134,8 millions), avec un peu plus de 5 doses par habitant.

C’est actuellement l’Inde qui a réservé le plus gros stock en chiffres absolus (1,6 milliard), ce qui lui permet de compter sur un peu plus d’une dose par tête. Les données pour la Chine n’ont en revanche pas été publiées.

(Sources : le Monde, BFMTV et Statista)

Lire Le vaccin contre le Covid-19 en très bonne voie

Ailleurs sur le web