Covid-19 : le Luxembourg et les pays frontaliers doivent-ils se préparer à une nouvelle vague ?
logo site
icon recherche
Santé

Covid-19 : le Luxembourg et les pays frontaliers doivent-ils se préparer à une nouvelle vague ?

L'inquiétude règne au Luxembourg, en France, en Belgique et en Allemagne. Les cas de contaminations de coronavirus explosent. Les décisions se multiplient. 

Publié par Chrystelle Thevenot le 24/11/2021 | 3.983 vues

Coronavirus-ALERTE
Coronavirus-ALERTE

L’évolution des cas de contaminations en hausse en Belgique, en France et en Allemagne inquiète le Luxembourg. Mais pour le moment, le pays n’a pas pris de réelles mesures et semble même épargné par cette nouvelle vague même si Xavier Bettel, Premier ministre au Luxembourg scrute attentivement les décisions des gouvernements voisins.

Il a d’ailleurs annoncé, vendredi dernier, que de nouvelles mesures pourraient être prises le 18 décembre si la situation au Grand-Duché se dégradait.

L’immunité vaccinale étant en baisse, est-ce la porte ouverte à une cinquième vague ? Une chose est sûre l’Allemagne, la France, la Belgique et le Luxembourg doivent préparer rapidement le terrain pour maîtriser une nouvelle vague épidémique qui s’annoncerait “fulgurante”.

Une situation préoccupante…

Nouvelles contaminations * % de vaccinés dans le pays
Belgique 15 890 cas 71.96%
France 20 000 cas 75.6%
Allemagne 65 000 cas (record) 68.14%
Luxembourg 159 cas avérés 68.16%

* Nouvelles contaminations recensées en moyenne par jour

De nouvelles contraintes pour les non-vaccinés

En France, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s’est exprimé, ce mercredi 24 novembre à 13h précisant que de nouvelles décisions devront être prises. Quelques pistes ont été avancées : en premier lieu, le renforcement des mesures barrières et du port du masque “en intérieur comme en extérieur” ainsi que le “renforcement du pass sanitaire pour mettre davantage de contraintes sur les non-vaccinés que sur les vaccinés“.

Le gouvernement pourrait aussi élargir la 3e dose aux plus de 40 ans alors que ce rappel sera obligatoire à compter du 15 décembre pour toutes les personnes âgées de plus de 65 ans.

Olivier Véran, ministre de la Santé tiendra une conférence de presse jeudi 25 novembre “à la mi-journée” pour expliquer aux Français les nouvelles mesures.

 

Mesures fermes en Belgique

En Belgique, le Premier ministre Alexander De Croo a décidé la semaine dernière de généraliser le port du masque et rendre le télétravail obligatoire pour les emplois qui le permettent. Est-ce que ces mesures suffiront ? L’épidémie semble reprendre fortement.

Lundi 15 novembre, plus 20.775 infections ont été enregistrées, soit le deuxième nombre quotidien le plus élevé jusqu’ici, après le 27 octobre 2020 où il y a eu 22.221 nouveaux cas. Les hospitalisations continuent ainsi à augmenter de façon régulière de plus de 20% par semaine.

«Vaccinés, guéris ou morts» à la fin de l’hiver !

Enfin, en Allemagne, la situation est dramatique à tel point que pour Angela Merkel, les restrictions actuelles en Allemagne «ne sont plus suffisantes» ouvrant la porte à de nouvelles mesure alors que le pays a durci son dispositif contre les non-vaccinés. Jens Spahn, le ministre de la Santé, a rappelé que les Allemands seront «vaccinés, guéris ou morts» à la fin de l’hiver, en appelant ses concitoyens à se faire vacciner « urgemment » face à une explosion des cas.

Ces derniers jours, l’Allemagne a recensé des nombres d’infections inégalés depuis le début de la pandémie, dépassant la semaine dernière le seuil de 65 000 en 24 heures. Lundi 29 novembre 2021, le taux d’incidence sur 7 jours était de 386,5, un record.

4e ou 5e vague ?

Le gouvernement français met en garde contre l’avancée de la “cinquième vague” de Covid-19, quand l’Agence européenne des médicaments ou l’Allemagne parlent de “quatrième vague”.

Pour l’épidémiologiste Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille, une vague ne se caractérise pas uniquement pas une augmentation des contaminations puis une baisse. “À chaque fois, il y a une bonne raison” pour que les cas repartent à la hausse, expliquait-il le mois dernier à LCI. “Lors de la première vague, il n’y avait pas de mesure barrière. Lors de la deuxième, on s’est complètement relâché à l’été 2020. Lors de la troisième, le variant anglais, plus transmissible, est arrivé. Et lors de la quatrième, il y a eu le variant Delta, encore plus contagieux.” 

Lire Covid-19 : durcissement des règles pour venir en France depuis le Luxembourg

 

Retrouvez-nous sur

Ailleurs sur le web