Mon compte

Sébastien, frontalier belge et commercial, a commencé à 2000 € net en 2015

L'histoire de Sébastien qui pensait à tort, qu'un profil polyvalent lui ouvrirait les portes du Luxembourg.

À 34 ans, Sébastien, est Sales executive dans une entreprise au Luxembourg. Mais ce jeune Chestrolais (comprenez habitant de Neufchâteau en Belgique) est passé par de nombreuses étapes avant de trouver cette place.

Plusieurs métiers, différentes casquettes

Pendant huit ans, Sébastien a travaillé dans une entreprise d'informatique, passant par des postes de vendeur, responsable technico-comercial ou encore gérant. Après cette première expérience, il décide de créer, avec son meilleur ami, sa propre société de communication dans la province de Luxembourg.

Entre temps partiel et temps plein, l'aventure a duré en tout 6 ans. Une période pendant laquelle, Sébastien devient très polyvalent : "J'ai vraiment différentes casquettes. Je m'occupais tant du côté commercial que du côté graphisme ou du développement. Je ne suis pas un pur développeur, ni un pur graphiste, mais plutôt quelqu'un qui sait faire un peu de tout. J'avais tous les outils en main, sans toutefois être un spécialiste dans chaque matière" explique-t-il.

Suite à cela, Sébastien a trouvé un poste d'account manager et de commercial pour une société Liégoise, pour laquelle il s'occupait de la gestion de projet de sites web pour des clients. Mais la structure ne lui convient pas et il part à la recherche d'un nouveau poste. Au Grand-Duché cette fois.

"Après avoir été indépendant, je ne voulais plus prendre de risques financiers, précise Sébastien, c'est pourquoi je voulais trouver un poste en tant que gestionnaire de projets dans une boite de communication, où même dans le graphisme ou le développement. J'ai choisi de postuler au Luxembourg, poursuit-il, car je voulais un meilleur salaire. En habitant à 40km de la frontière, ce serait bête de ne pas en profiter !".

Je me suis fait recaler partout...

Seulement voilà, après quelques mois de recherches et des centaines de lettres et de CV envoyés, toujours rien. "J'ai fait des dizaines d'entretiens, mais étant donné que je n'avais pas fait d'études, je jouais essentiellement sur mes différentes expériences. Je disais que j'avais été indépendant, employé, que j'avais touché au graphisme, au développement, avais l'habitude des contacts avec la clientèle, que j'avais traité avec des grandes entreprises, des plus petites, etc. Mon profil hyper polyvalent a attisé la curiosité de beaucoup d'employeurs, mais je me suis fait recaler partout, parce que je n'avais pas de véritable spécialité dans une branche...".

Finalement, après être passé par une société de coaching, Sébastien décide de réorienter complètement ses recherches et vise plutôt un poste de commercial : "on m'a dit que j'étais fait pour ça, que je n'avais pas le profil à rester toute la journée derrière un bureau. Après ça, j'ai trouvé un job en seulement 15 jours, se réjouit Sébastien. Ça me correspondait mieux, je m'étais trompé de voie. Pourtant, ce n'est pas facile de se réorienter, de se restituer par rapport au travail, mais dans mon cas, ça a eu du bon".

Il a commencé en janvier 2015 à 2.000 € nets + les commissions et de nombreux avantages

Aujourd'hui, Sébastien est en poste depuis trois ans, en tant que Sales executive, dans une entreprise qui s'occupe de la gestion de sites internet au Luxembourg. Aujourd'hui avec son CDI à temps plein, ce célibataire sans enfant touche un salaire de 2.400 € nets, plus des commissions calculées en fonction des ventes, des bonus, une voiture, un GSM et le remboursement de son carburant.

"Mon travail au Luxembourg me convient mieux à présent, affirme-t-il, surtout par rapport à mes années d'expériences. L'évolution possible de ma carrière, le travail en lui-même, je suis content. Même si mon salaire pourrait encore évoluer, ça me convient. Et puis les challenges sont différents ici, c'est plus diversifié et j'aime ça, alors qu'en Belgique ça reste beaucoup plus local".

Les embouteillages ne me dérangent pas

Pour ce qui est de sa vie de frontalier, Sébastien prend les choses comme elles viennent : "j'ai la chance d'être tout près d'un grand axe et en partant de Neufchâteau, c'est assez variable en fonction de la circulation. Je peux mettre 40 minutes lorsqu'il y a peu de trafic, entre 1h10 et 1h20 s'il y en a un peu et jusqu'à 2h quand ça bloque beaucoup. Mais finalement, les embouteillages ne me dérangent pas, affirme-t-il philosophe. Quand j'arrive à la frontière de Sterpenich, je sais de toute manière que ça va ralentir, je me dis que c'est une fatalité, mais par contre, quand ça se passe bien, ça met de bonne humeur, sourit-il. Et puis, un commercial qui n'aime pas rouler, c'est impossible !".
 

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :

Réagissez à cet article

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour commenter cet article

Nos articles Emploi

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez toutes les informations de lesfrontaliers.lu, toutes les semaines dans votre boite mail !

Info Flash & Trafic

X
Notifications lesfrontaliers.lu
Recevez en temps réel les dernières actualités.
Vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre politique d’utilisation des cookies