Abbaye de Clervaux au Luxembourg : ils sont moines et frontaliers !
logo site
icon recherche
Société

Abbaye de Clervaux au Luxembourg : ils sont moines et frontaliers !

Non, tous les frontaliers ne travaillent pas dans les banques au Luxemvourg ! C'est désormais une évidence. A l'abbaye de Clervaux, dans le nord du Grand-Duché, les moines sont de nationalité française, allemande ou encore belge. Ils ont été les stars d'une émission de radio qui diffusait la messe sur les ondes au Luxembourg. 

Publié par Chrystelle Thevenot le 06/07/2021 | 1.690 vues
comments1 commentaire

Abritant treize moines de différents pays, l’abbaye bénédictine de Saint-Maurice de Clervaux a été fondée en 1909. Elle partie de la congrégation de Solesmes et attachée à la confédération bénédictine.

« Je suis originaire de Nancy. Je suis entré au petit séminaire de Pont-à-Mousson en Meurthe-et-Moselle à 8 ans. Je suis  français et j’habite le monastère depuis 57 ans maintenant » explique le frère Bernard, directeur adjoint du père Michel, Franc-comtois, responsable du lieu. Il est officiellement à la retraite mais officieusement, il ne l’est pas : « La retraite n’existe pas vraiment dans notre communauté » sourit-il.

Son travail est au Luxembourg mais son cœur est encore un peu en France : « On pourrait effectivement dire que je suis un frontalier mais à la différence de ces milliers de travailleurs qui passent la frontière tous les jours, je ne retourne quasi plus dans ma ville natale parce que nos sorties sont occasionnelles. Seule la maladie d’un de nos proches est une autorisation valable de prendre l’air  » précise-t-il sans regret « c’est le choix d’une vie monastique ». Avant d’intégrer définitivement le monastère, le frère Bernard faisait la navette de son lieu de résidence à l’abbaye.

Le père Henri, un moine belge célèbre…

La communauté bénédictine est composée d’une grande majorité de moines belges. Le père Henri Delhougne est de Liège et a une particularité, il est aussi citoyen luxembourgeois. Il est rentré dans les ordres, il y a 62 ans et s’occupe dans la commune de Clervaux de la section scouts.

C’est un moine célèbre. Il est le seul Père luxembourgeois a avoir été choisi pour traduire une version française de la bible éditée en 2013. Il a été reconnu par l’autorité ecclésiastique de Rome pour son remarquable ouvrage. Ce travail, c’est 25 ans de sa vie ; et pas une de plus. Enfin presque puisqu’il a continué ses écrits en proposant, cette fois, une traduction liturgique de la bible accompagnée de 25 000 notes explicatives : « Quand on aime, on ne compte plus ».

Le Père Henri, le seul spécialiste de la bible

Un frère, ingénieur en charge de la production de pommes

Le père Henri a choisi d’être un Père spirituel. Le frère Eric, belge, ingénieur de formation s’est lancé dans la fabrication de jus de pomme. Une activité « modeste » qui permet de faire vivre les moines. 18 000 bouteilles sortent chaque année de la petite usine installée dans une ferme à côté de l’abbaye. Le jus de pomme est d’ailleurs vendu chez les commerçants du centre-ville. Les restaurateurs se fournissent aussi dans les ateliers du frère Eric.

Les frères Peter de Cologne et Eric de Belgique dans l’atelier de fabrication du jus de pomme

Une émission de radio : 18 millions d’auditeurs

Clervaux est une ville de 5 000 habitants qui accueillent chaque année près de 11 000 touristes essentiellement des Belges, des Allemands et des Néerlandais. l’abbaye bénédictine de Saint-Maurice est le premier site incontournable visité par l’ensemble de ces vacanciers de passage.

Une notoriété que les moines doivent à l’édifice dont l’architecture impose et ébloui immédiatement. Les moines reconnaissent aussi que la messe diffusée, dans les années 1960, sur les ondes de RTL : « a joué en termes de notoriété. Nous avons dépassé la barre des 18 millions d’auditeurs à l’époque. Les personnes s’en souviennent encore » se remémore le frère Bernard directeur adjoint.

7 messes liturgiques

Découvrir l’abbaye de Clervaux, c’est une initiation spirituelle. De 5h à 21h, les moines organisent sept offices liturgiques  d’une quinzaine de minutes accessibles au public. Très souvent, et notamment en fin de journée, elles sont accompagnées de chants grégoriens.

La flèche de l’abbaye que l’on voit depuis le centre ville de Clervaux

 

Retrouvez tous les renseignements sur le site de l’abbaye de Clervaux

Abbaye Saint-Maurice
1, place de l’abbaye
L-9737 Clervaux
Tél: 00352 / 92 10 27
E-mail: abbaye-clervaux@cathol.lu

Ouverture du magasin : en semaine  14h30 – 17h30
Samedi/Dimanche  11h30 – 12h30 et 13h30 – 17h30

 

A la conquête de la Côte est du Grand-Duché
Programme de la journée de mardi 6 juillet 2021 

La rédaction se déplace tous les jours dans une ville de la Côte Est du Grand-Duché. Lundi 5 juillet, Chrystelle Thévenot, a posé son sac à dos dans la ville de Clervaux. Le premier arrêt touristique a été au sein de l’abbaye de Clervaux avec les moines bénédictins. Mardi 6 juillet, les amis du château de Vianden accueilleront la journaliste.

La rédaction part à la conquête de la Côte est du Grand-Duché durant 5 jours
Louis Scholtès : « Le nord du pays mérite d’être plus connu par les touristes et les frontaliers »
Notre coup de coeur : les photographies de Steichen au château de Clervaux

Ailleurs sur le web

Tsarko
633 messages
Il y'a 3 mois

Un frontalier résident depuis 57 ans. J'aime le concept !