icon recherche
Détente

La Moselle, à son tour touchée par les algues bleues

Le temps de ces dernières semaines a sans doute une incidence sur la prolifération des cyanobactéries. Après les points d’eau du Luxembourg, elles ont également été retrouvées dans la Moselle.

Publié par Romain S. le 08/08/2018 | 4.366 vues

L’homme comme l’animal encourt des risques, il est donc fortement recommandé d’éviter de se baigner et d’avaler l’eau en question.
L’homme comme l’animal encourt des risques, il est donc fortement recommandé d’éviter de se baigner et d’avaler l’eau en question.

Il n’est de toute manière pas conseillé de piquer une tête dans la Moselle pour des raisons de sécurité. Hélas, il n’est pas malheureusement pas possible de surveiller la rivière sur tout son long.

Peut-être que les dernières nouvelles concernant le cours d’eau achèveront de convaincre les plus têtus. Le gouvernement luxembourgeois rapporte en effet que des cyanobactéries, plus communément appelées « algues bleues », y ont été retrouvées « à différents endroits, notamment en des endroits à circulation ralentie ».

 

Après les lacs luxembourgeois de Haute-Sûre et Weiswampach, où la baignade restera vraisemblablement fermée jusqu’à la fin de la saison balnéaire, c’est au tour de la Moselle de voir se développer des tapis de couleur bleu-verdâtre « ou couleur purée de pois ».

Les fortes chaleurs et les récents épisodes caniculaires n’ont en rien diminué les chances de faire disparaître ces algues bleues. Celles-ci sont naturellement présentes dans les eaux mais deviennent dangereuses lorsqu’elles prolifèrent comme c’est le cas actuellement.

L’homme comme l’animal encourt des risques, il est donc fortement recommandé d’éviter de se baigner et d’avaler l’eau en question.

Pour rappel, l’intoxication à la cyanobactérie peut entraîner irritations de la peau, maux de tête, nausées, gastro-entérite, crampes, paralysies et même atteindre le foie.

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Commentaires Réagir à cet article

Ailleurs sur le web